Le buffet de fête de fin d’année !

 

 

Ça y est, le jour tant attendu est arrivé. Le premier jour des soldes ? Le concert de Céline Dion ? La nouvelle saison de Game of Thrones ?

NON.

Le jour de ma première fête de fin d’année de la crèche !!!!

Je me réveille, excitée comme une puce, toute impatiente d’être le soir même. Mais avec cela, son lot d’angoisses. POURQUOI JE ME SUIS INSCRITE POUR FAIRE UNE TARTE SALÉE ?????

H-5 : qu’est-ce que je prépare ? Une quiche ? Une tarte aux courgettes ? Une tarte aux poireaux ? Une tarte aux … Ah bah, non, en fait je sais faire que ça. Arghhhh, mais pourquoi je n’ai pas signé pour un gâteau au chocolat ???????

H-2, je me lance dans la préparation. Je sors la pâte. Elle est périmée. De plusieurs jours. Ouf, j’en ai une de secours, prévu pour un dîner avec des copains. S’ensuit un vrai questionnement : Faut-il mieux empoisonner nos potes OU des enfants de 2,5 ans et leurs parents ? Je décide d’intoxiquer les potes. C’est ma première fête de fin d’année après tout !

H-1, je sors la tarte du four. Elle est PAR-FAITE, dorée à souhait. Bree Van de Kamp peut aller se rhabiller. Mais le doute m’habite : euuuh, les poireaux, c’était peut-être pas une si bonne idée pour des enfants …

Heure H, j’arrive à la fête. Un immense banquet est dressé : des fraises tagadas côtoient des sucettes au chocolat. Les financiers parsemées de M&mS ont pour voisin des chips et des melons … Les tomates cerises fricotent avec les « tucs ». Que j’ai l’air tarte avec ma quiche aux poireaux !

Et soudain, je les vois. Les autres quiches. Une bouffée d’angoisse me submerge. Elles sont toutes parfaitement présentées, en carrés totalement symétriques… Première erreur de novice : JE N’AI PAS PENSE A PRE-DECOUPER MA TARTE !!!!! J’attrape un couteau (en plastique) et me lance donc dans ce qui pourrait ressembler à un dépeçage. Résultat : 8 parts totalement disproportionnées et pas du tout « kids friendly ». La directrice passe à ce moment : « ah merci beaucoup de nous aider à faire le service madame ». Euh, mais moi après, je voulais juste aller me fumer une clope, en fait….

Je repose vite mon « œuvre » et me met de l’autre côté de la salle., aux aguets. Les enfants et les adultes se jettent sur les bonbons et les gâteaux apéros. Je jette un coup d’œil. Ma tarte reste désespérément intacte.

La crise de tachycardie n’est pas loin. ET SI PERSONNE NE LA GOUTAIT ?????

30 minutes plus tard et après une stratégie élaborée avec soin, j’ose m’aventurer de l’autre côté du buffet, bien déterminée à engloutir la moitié de ma tarte et à planquer l’autre partie dans mon sac.

Et là, que vois-je ??? MIRACLE : ma tarte a été entièrement mangée ! Il ne reste que des miettes !!!!!!!!!! Je roule des mécaniques et m’en vais récupérer le plat, fière comme un paon.

A ce moment-là, je croise un papa qui lance à sa femme : « pffff personne n’a goûté ma tarte aux pommes ! »

Je le regarde, compatissante. Allez, on va la goûter nous cette tarte aux pommes (délicieuse au demeurant) !

Je préviens, l’année prochaine, c’est PICARD !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enregistrer

Enregistrer

A ma mère, à mes filles

Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit sur le blog… je n’ai trouvé ni le temps, ni l’énergie ces dernières semaines, emportée par la tristesse. Car voilà, ma maman s’en est allée.

Il y a quelque temps j’écrivais sur ce blog, à ma fille Gabrielle, en lui parlant de sa grand-mère qu’elle ne connaitrait jamais vraiment. Aujourd’hui, je m’adresse aussi à Valentine, née quelques semaines auparavant et que ma mère n’aura malheureusement jamais vue. Quand la vie et la mort se côtoient d’aussi près, faut-il y voir un signe ?

Ce sera toujours un déchirement que mes filles n’aient pu connaitre leur grand-mère. Mais maintenant, je sais qu’elle veille sur elles, sur nous. Que ses petites-filles (et leurs cousins) grandiront sous son regard bienveillant et protecteur. Et peut-être, retrouverai-je parfois dans leurs gestes, leurs expressions, un peu d’elle. Alors, ça me fera sourire. Alors, je saurai que ma mère n’est pas loin. Alors, je lui dirai merci. Merci pour tout l’amour qu’elle nous a prodigué enfant et qu’aujourd’hui, malgré la peine, malgré la douleur, j’ai la force de transmettre à mes filles. Mes filles, qui sont, elles, tellement dans la vie et dont elle aurait été si fière.

Maman, merci pour tout. Tu peux partir sereinement, la relève est assurée !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

96 heures d’hospitalisation en 15 images !

J’avais testé pour les 1 mois de Gabychouquette les urgences pédiatriques de Lyon (voir article ici). Comme j’étais sortie au bout de 7 heures avec une ordonnance de doliprane, je ne me méfiais pas en emmenant Queen Valentine aux urgences de Bordeaux pour une poussée de fièvre…  J’aurais dû !

Retour sur 96 heures d’hospitalisation en 15 images (animées, les images, c’est du grand luxe !)

  • Quand on m’annonce aux urgences que c’est hospitalisation 48h minimum… probablement 72h

 

  • Quand les infirmières font 4 prises de sang à ma fille parce qu’elles  n’arrivent pas à trouver la veine

  • Quand on m’apprend que j’aurai une chambre seule après la 1ere nuit

 

  • A chaque fois qu’on prend la température de ma fille


  • Quand je trouve la machine à café MAIS que je n’ai pas de monnaie


  • Quand je trouve la machine à café ET que j’ai de la monnaie


  • Quand le papa me dit « pfff, j’sais pas comment tu fais, ça me donne envie de dormir moi les hôpitaux » alors qu’il est arrivé depuis 10′


  • Quand j’arrive enfin à endormir ma fille … et que le gamin de la chambre d’à côté se met à pleurer


  • Quand on me parle après ma 4eme nuit blanche à l’hôpital


  • Quand le papa m’apporte plein de bonbons et de gâteaux


  • Quand je me fais mon plateau-repas le soir et qu’il y a une pub triste à la télévision

 

  • Quand ça fait 4 fois de suite que ma fille n’a pas de fièvre

    • Quand le médecin doit me dire si je peux sortir

 

  • Quand on me donne le papier d’autorisation de sortie


  • Quand je quitte l’hôpital

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Le jour où j’ai perdu les eaux … en cours de yoga prénatal

Mon accouchement a été assez … inattendu. D’abord parce que j’avais une césarienne programmée le 10 mai, au moment même où je poste cet article.. Ma fille ayant déjà 12 jours, il y a eu, pardonnez-moi l’expression, une « couille dans le potage » comme vous pouvez vous en douter. Ensuite, parce que cet accouchement « improvisé » a été plein de surprises et, j’ose le mot, d’anecdotes croustillantes.

Dans un prochain article, je vous raconterai donc comment, après avoir perdu les eaux, j’ai traversé Bordeaux pour rentrer (pardon pour les sièges du tram de TBM !), la valise maternité préparée en catastrophe par le papa, le timing serré pour trouver une solution pour notre fille à la crèche et la réception de nos copains à Bordeaux quand on nous a annoncé « césarienne dans 1h » (faut dire que le WE du 1er mai approchait à grands pas et que les huitres à Arcachon n’attendent pas !), ma rachi-péridurale administrée par Mr Soulard et ma césarienne effectuée rue Boucher (heureusement parfois les mots mentent), le doute sur le prénom jusqu’au bout, et, enfin, notre rencontre avec notre fille, un peu pressée mais déjà tellement éveillée ! 🙂

Mais retour sur le début du travail en plein cours de yoga prénatal !

En cours de yoga prénatal pendant « la respiration de la vague »

 

AVERTISSEMENT : tout ce que vous lirez ci-dessous est véridique. Rien n’y est déformé ou exagéré dans le but de grossir l’histoire, de vous faire rire ou, pire, de faire le « buzz » et d’augmenter l’audience (—> Je vous ai déjà dit que vous pouviez aimer la page FB ici et vous inscrire à la newsletter là ? :-))

Vendredi 28 avril 13h – L’appartement est rutilant. J’ai passé la matinée à nettoyer et faire le ménage. Faut dire qu’on a 6 potes qui débarquent à Bordeaux pour le WE, dont 2 le soir même et qui dorment à la maison (ben oui, sinon ce ne serait pas drôle). Après, on « ferme la boutique », l’accouchement se rapprochant, on veut avoir un peu de temps pour finaliser les préparatifs (mouarf mouarf mouarf)

Vendredi 28 avril 14h – Derniers textos à mes potes qui sont dans le train pour venir nous rendre visite à Bordeaux : « Je pars à mon cours de yoga, bon voyage. On vient vous chercher à la gare ce soir (re-mouarf mouarf mouarf) »

Vendredi 28 avril 14h20 : Je m’installe sur mon tapis de yoga.

Vendredi 28 avril 15h15 : la partie « méditation » commence. Je suis détendue. Très détendue…. Trop détendue ?

Vendredi 28 avril 15h23 : on passe à la « respiration, dite, de la vague ». Notre prof de yoga prénatal veut nous faire expérimenter différentes « puissances »

Vendredi 28 avril 15h24 :

  • « Pensez à un filet d’eau. Inspirez. Expirez. »
  • Je pense à un filet d’eau. J’inspire. J’expire.

Vendredi 28 avril 15h26 :

  • « La vague prend de la puissance, pensez à un cours d’eau. Inspirez. Expirez. »
  • Je pense à un cours d’eau. J’inspire. J’expire.

Vendredi 28 avril 15h28 :

  • « La vague est maintenant immense, d’une puissance extrême. Pensez à un tsunami. Inspirez. Expirez. »
  • Je pense à un tsunami. J’inspire. J’exp—-… Pschiiiiiiiiiiiit  Mais mais, qu’est ce qui se passe ?? Pschiiiiiiiiiiiit Je sens un truc qui lâche en moi Pschiiiiiiiiiiiit, mouillant mon pantalon de yoga Pschiiiiiiiiiiiit . J’AI PERDU LES EAUX OU QUOI ?????!!!!

Moment de malaise. Je n’ose plus bouger. ..

Vendredi 28 avril 15h31

Notre prof de yoga continue son cours : Nous allons maintenant penser au « col qui s’ouvre ». Ah NON HEIN, moi, je ne pense plus à rien…. si ce n’est à trouver une solution pour m’extirper discrètement (et avec un peu de dignité) de cette séance.. Coup d’œil à droite, à gauche, tout le monde a les yeux fermés. J’ai une ouverture. Je me lève et fonce aux toilettes en sautillant ! Pschiiiiiiiiiiiit,

Vendredi 28 avril 15h36

La prof ne me voyant pas revenir, passe un œil : « ca va ? ». Elle me voit me changer précipitamment. Pschiiiiiiiiiiiit,.. Euh, je vais rentrer hein, désolée… Pschiiiiiiiiiiiit, je crois que la respiration de la vague et du tsunami a un peu trop bien marché pour moi Pschiiiiiiiiiiiit,

Vendredi 28 avril 15h43

Je sors du cours, appelle le papa qui – évidemment – ne me répond pas. Quand il finit par me rappeler :

  • Chéri, prépare la valise de maternité, JE CROIS QUE JE VIENS DE PERDRE LES EAUX !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Prénom de bébé : toutes les sources d’inspiration !

Si comme moi, vous êtes en panne d’inspiration pour trouver le prénom de bébé, voici quelques pistes pour vous aider. Je vous préviens, je suis tellement désespérée, que je regarde partout. VRAIMENT PARTOUT.

  • Dans les livres des prénoms. Des très classiques « L’Officiel des prénoms » ou « L’intégral des prénoms » aux plus… intimidants : « Le prénom ; un choix pour la vie » voire carrément terrorisants : « Choisir son prénom, choisir son destin ».
  • Sur les sites féminins, de parentalité, grossesse ou petite enfance. Et en plus c’est souvent thématique ! Prénoms corses, héros Shakespeariens ou rois & reines : il y a plein de listes à découvrir par univers. Exemples sur Les louves.fr, Magic Maman ou Drôles de mums
  • Si vous voulez un prénom « populaire » ou à la mode : dans les tops des prénoms par année. Alors, qui va craquer pour Louise et Gabriel ?
  • Sur les casiers de la crèche de votre ainé. En plus souvent y a la photo ! Oui je sais c’est pas joli joli de zapper un prénom parce que l’enfant est moche ! Noooon, je ne l’ai pas fait…
  • A la sortie des écoles, dans les squares et parcs. Posez-vous sur un banc et tendez l’oreille. Ça devrait vous donner quelques idées..
  • Dans les génériques de fin des films REMERCIEMENTS INCLUS ! Attention, ça peut être long : au cinéma, ne vous faites pas enfermer dans la salle à la fin de la séance (et prévoyez la dose de pop corn en fonction !).
  • Dans votre entourage : neveux et nièces de votre meilleur pote, enfants d’amis d’amis, petit(e)s voisin(e)s.. qui a le plus joli prénom ?
  • Dans les cimetières ou sur les avis de décès dans les journaux. Bon d’accord, ça peut paraitre un chouia « glauque » dit comme ça. Mais ce n’est pas de ma faute si les « vieux » prénoms reviennent à la mode..
  • L’inspiration est parfois dans les murs : sur les interphones ou plaques professionnelles . Attention cependant de ne pas appeler votre enfant « Gynécologue » ou « Espace Relaxation »… une erreur est si vite arrivée !
  • Sur les forums. En plus, vous pouvez faire voter la communauté si vous hésitez entre plusieurs prénoms … mais je vous préviens, c’est à vos risques et périls !

Et une fois que vous aurez trouvé, il ne restera qu’à vous mettre d’accord avec le papa… et ça c’est (encore) une autre histoire !

Et vous, vous avez eu du mal à trouver le prénom de bébé ?

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les super-pouvoirs des femmes enceintes !

Les 10 super-pouvoirs des femmes enceintes !

1/ Tu as un odorat sur-développé  … et peux flairer à plusieurs mètres ton mec qui revient d’un apéro ou la couche – sale – de ton ainé (que tu refiles illico à ton mec qui rentres de son apéro !)

2/ … et une ouïe extra-fine : tu peux entendre à plus de 500m, le bruit d’une bouteille qu’on ouvre et/ou d’une bière qu’on décapsule. Certains diraient que cela vient du manque.. Pfff, des mauvaises langues !

3/ Quand tu entres dans les transports, tout le monde se lève Et même pas besoin de Danette ! (bon ok, parfois il faut un peu jouer des coudes pour qu’on te cède une place, mais un bon coup de ventre bien placé – et avec le sourire – et tu devrais être tranquille pour un bon bout de trajet !)

4/ Tu peux couper les files d’attente. C’est encore meilleur en heure de pointe ou le 1er jour des soldes. Ne pas hésiter à en (ab)user.

5/ Tu as un truc vivant dans le corps. Et ce n’est pas un ver solitaire.

6/ Tu peux aller faire pipi toutes les 6 minutes. Et il y a TOUJOURS quelque chose qui coule. (je suis sure qu’un jour on trouvera l’utilité de ce truc !)

7/ Tu n’as jamais froid. Entre les hormones et les bouffées de chaleur, ta température corporelle augmente durant la grossesse. Résultat : tu peux te pavaner en débardeur pendant que tes petits camarades se les pèlent.

8/ Les gens te sourient !!!! Même à Paris. Même sous la pluie. (mais pas en heure de pointe dans les supermarchés – voir le super-pouvoir #4)

9/ Tu as des cheveux de lionne et une peau de pêche (et non le contraire). Profites-en parce qu’après ça tombe ! (les cheveux hein, pas la peau !)

10/ Tu es super-sexy : avec tes formes et tes seins XXL, tu es une vraie bombe. Profites-en parce qu’après ça tombe aussi ! :-)

Et vous, quel est/était votre super-pouvoir de femme enceinte ?

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les bonnes résolutions de … lady Gaga, 2 ans !

En 2017….

  • Je dormirai 10 heures d’affilée en semaine, 15h le week-end.
  • J’arrêterai de me rouler par terre et de hurler. Surtout quand il n’y a pas de raison apparente.
  • Je ne ferai plus de caprices pendant les repas… … même si j’ai la cuillère verte au lieu de la fourchette bleue !
  • Je viendrai quand on m’appelle !!!!!!!!!!!!
  • Je développerai mon vocabulaire, qui pour le moment, se limite à « papa » « maman » « doudou » et « aurewouar »..
  • …et apprendrai à faire des phrases. En langue française, les phrases…
  • Je ne mordrai plus. (Sauf les enfants moches parce qu’ils l’ont mérité).
  • J’aurai du second degré.
  • Je rangerai ma chambre et mes jouets après chaque jeu. Et en profiterai pour passer un petit coup d’aspirateur (tant qu’à faire).
  • Pour cela, j’arrêterai d’avoir peur de l’aspirateur (comme papa).
  • Je ne croquerai plus directement dans les oignons ou les clémentines (non épluchés).
  • Je ne serai pas malade de tout 2017. (ou alors juste une petite otite pour donner une bonne raison à papa ou maman de sécher le travail).
  • Je jouerai dans ma chambre avec mes jouets et non pas dans la salle de bain avec les flacons de shampoing, dans la cuisine avec les boites de conserve ou dans les toilettes avec le PQ.
  • Je n’essaierai pas d’ouvrir la porte en hurlant quand papa ou maman sont aux toilettes.
  • J’irai sur le pot (ou apprendrai à changer ma couche toute seule).
  • Je dirai tous les matins à ma maman que c’est la plus belle, la plus gentille, la plus drôle et la plus intelligente des mamans.

Et vous, quelles sont les bonnes résolutions de vos enfants ?

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

J’ai testé pour vous … le cours de « peinture sensorielle »

Idée d’une copine : faire un atelier de « peinture sensorielle » avec nos chouchous..

Moi, sceptique :

  • De peinture ….. kwaaaaaa ???? Mais ça veut dire quoi « peinture sensorielle » ???? Ca veut dire qu’on l’écoute la peinture ? Qu’on la mange ? Qu’on la sent ? Qu’on se douche avec ?
  • Oh, mais ne fais pas ta rabat-joie.. Allez viens, ça va être sympa.. Et puis ça fait une activité avec les filles !

Je ne bosse pas en ce moment, j’ai bien envie de passer des moments « qualis » avec ma fille (et les copines !), il n’y a pas à chipoter c’est l’occasion !

Avant le cours, je me renseigne quand même sur le site de Koko cabane (qui propose ces ateliers montessori parents-enfants). Je lis :

Peinture Sensorielle des Tout-Petits – Atelier Découverte

Invitation à la découverte des matières et des couleurs par le mouvement du corps et des mains.

Cet atelier favorise le raffinement de la motricité fine, l’éducation sensorielle de la peinture, ainsi que l’autonomie. Il s’agit d’un moment d’impressions et de lâcher-prise. Les enfants expérimentent, apprennent à faire des choix.

Tenue incorrecte exigée!

Et bien dites-moi, quel programme ! (mais entre nous, pas sûre d’avoir mieux compris !)

Le jour J, on est accueillis par Marie – l’intervenante – éducatrice Montessori. Avec nous, 2 autres « couples » enfants – parents qui viennent régulièrement aux ateliers.

Après avoir préparé la salle (bâches XXL par terre, installation du matériel de peinture, disposition de grandes feuilles de papier), Marie nous invite à nous asseoir et nous présenter, façon …. Montessori ! Pour cela, on se fait passer une clochette que les enfants doivent faire tinter pendant que les parents se présentent… Personnellement, je n’ai pas compris le principe de la clochette (de toute façon j’étais trop concentrée à ne pas rire !). Lady Gaga, elle, oui. Car elle ne voulait plus la lâcher et j’ai dû lui arracher des mains pour la donner aux autres participants. 1er moment de gêne !

Puis Marie nous présente rapidement le principe (laisser les enfants choisir leur matériel et expérimenter 1 à 1 quel qu’uns des nombreux outils laissés à leur disposition) et prend comme modèle pour cette séance  ………………………. Van Gogh.

  • Van Gogh ????!!!  …. Vous êtes surs ?… Parce que bon ben, ils ont 2 ans !!!!!!!

Ça n’a l’air de choquer personne, allons-y pour Van Gogh.

S’ensuivent 40 minutes d’atelier

Etape 1 : découverte du matériel (pinceaux, rouleaux, éponges, tasses, pots de peintures, tampons… Il y en a pour tous les goûts & les inspirations)

Découverte du matériel de peinture

Étape 2: l’animatrice explique le fonctionnement du matériel (à une Gabrielle très concentrée et attentive)l'éducatrice montessori explique le matériel

Étape 3 : Gabrielle en pleine expression de sa « créativité »

img_3178

Étape 4 : Et v’là le travail ! (et non n’est pas van Gogh qui veut..)

img_3188

Alors ?

Alors, atelier très ludique et sympa. Le format de 45′ est vraiment adapté (Gabrielle a décroché au bout d’une petite demi-heure et est allée s’installer avec des livres – apparemment c’est « classique » surtout pour les premières fois – que voulez-vous j’ai fait une intellectuelle et pas une artiste !). L’intervenante est très pédagogue (avec les enfants … et les parents !) et le matériel est super ! Bref, j’y retournerai…

Et cerise sur le pancake : ma peinture n’était pas sèche (il faut dire que Gaby avait renversé la moitié d’un verre d’eau dessus), et JE N’AI DONC MÊME PAS ETE OBLIGÉE DE LA RAMENER !!

Ça vous intéresse ?

L’équipe de l’Atelier Koko Cabane
13 bis rue Saint Maur
75011 PariS
06 98 54 14 28
www.kokocabane.com

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

LES CAPRICES DE GABY (en plein dedans !)

On est au parc avec ma fille. Il fait beau, il n’y a pas trop de monde. Les 5m2 d’espace n’ont pas encore été envahis par les familles du quartier. Dans mon sac ballon, doudou et gâteaux. Tout est sous contrôle.

Tout est sous contrôle …. jusqu’à ce que j’aperçois mon PIRE CAUCHEMAR.

 

Elle est dans un coin, délaissée quelques instants par son heureuse propriétaire, occupée à piquer la trottinette de son voisin (lui-même en train de se faire la malle sur le vélo du gamin qui s’éclate au toboggan !) …

LA POUSSETTE ROSE AVEC UNE POUPÉE DEDANS !

poussette-jouet

Mon stress monte d’un cran, mon cœur s’emballe, mes jambes flageolent. J’essaie de détourner l’attention de ma fille, en lui envoyant le ballon (qui rebondit sur sa tête et atterrit aux pieds d’un autre enfant qui s’empresse de s’en emparer).. C’est trop tard. Elle a suivi mon regard et l’a vue. Je ne peux rien faire : elle fonce vers l’objet tant convoité. Je m’approche de la maman. Sourire contrit, excuses bredouillées. Elle n’a pas l’air de se formaliser, elle en a vu d’autres et autorise d’un geste de la tête ma fille à jouer avec la poussette.

Voulant montrer à quel point je suis une mère responsable  (mais surtout pour mettre à profit toutes mes heures passées devant Super Nanny), je me mets à la hauteur de Gabrielle et la préviens d’une voix calme mais ferme : « Ok tu peux jouer un peu avec la poussette tant que la-petite-fille-à-la-poussette joue-avec-la trotinette-du-petit-garçon-qui-joue-avec-le-vélo-de-son-voisin-qui-lui-s’éclate-au-toboggan mais je te préviens tu lui rends quand elle veut la récupérer. »

Mais elle est déjà partie de l’autre côté du square. Je sais que le drame n’est pas loin, que ce n’est qu’une question de minutes. Alors, je m’assois, résignée. Et j’attends. La sentence ne tarde pas à tomber. Premier cri : la petite-fille-à-la-poussette a vu ma fille passer en trombe devant elle avec SA poussette. Moment de stupeur. Mais elle ne tarde pas à réagir et à foncer vers ma fille en hoquetant. Deuxième cri. De ma fille cette fois, qui ne veut pas lâcher l’objet du drame.

S’ensuit une course poursuite entre les 2 gamines. Cris, larmes, hurlements. Je m’approche de Gabrielle. Qui, après avoir finalement lâché la poussette, est en train de se rouler par terre et de trépigner.

26066664 - illustration of a little girl throwing a tantrum

 

« Mais comment en suis-je arrivée là ? ». Les autres parents me regardent solidaires (et heureux, les soupçonne-je, que ce ne soit pas leur enfant qui fait une scène).

J’hésite sur la technique à adopter. Dois-je essayer de contenir la crise en lui offrant gâteaux et autres diversions ? Ou la punir et la mettre au coin dans le parc ? Lui expliquer avec patience et douceur ? La brusquer et l’engueuler ?

Tous les regards sont posés sur moi. On m’attend au tournant je le sais. Que ferait Super Nanny dans ces moments-là ?

Je sors mon téléphone de la poche et appelle le papa :

« VA M’ACHETER TOUT DE SUITE UNE POUSSETTE POUR GABY ET RAMÈNE-LA DANS LES 15 MINUTES OU JE DEMANDE LE DIVORCE !!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

Et tant pis pour les conseils de Super Nanny !!!!

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

Dans les coulisses de « la maison des maternelles » !

C’est grâce à un article sur les premiers pas de Gabrielle … (écrit à l’époque où ma fille ne marchait pas encore), qu’une journaliste de la Maison des maternelles m’a contactée via mon blog (oui oui celui-là même que vous êtes en train de lire) pour témoigner.

Les maternelles ??!!!! J’étais complètement fan depuis mon congé mat. En recevant le mail, j’étais surexcitée. L’impression d’être une blogueuse mode invitée à la fashion-week, ou une blogueuse cuisine participant à Top Chef.  « Je vais aller aux maternelles ! Je vais aller aux maternelles !!! » En me renseignant un peu, j’ai vu que la formule avait quelque peu changé et que l’émission avait maintenant lieu dans une « vraie » maison près de Paris (WAHOUUUUUU)… et en direct (GLOUPS) !!!!!

Le thème de l’émission ? « Ça y est il marche. Comment avez-vous accompagné ses premiers pas ? »… (me concernant, « Accompagné » me semblait être un grand mot. « Subi » aurait été plus juste …).

Les invités ? Un pédiatre, une kinésithérapeute et …. deux mères. Deux mères ?!!! Bon, ben, je ne vous fais pas de dessin : j’étais celle qui  « accepterait de parler de ses doutes, du fait de voir les autres marcher et pas encore le sien« …

-« Et l’autre, quelle est son expérience ? » me risquai-je à demander à la journaliste qui m’avait contactée…

-« Oh l’autre maman va parler « motricité libre » et nous raconter comment sa fille a commencé à marcher à 10 mois ».

– « 10 mois ??!!!! » m’étouffai-je …. « Ah oui, bon, ben c’est bien ça…« . Donc moi, si j’ai bien compris, je suis la maman un peu loseuse, quoi ?

-« Mais non, PAS DU TOUT, je n’ai pas dit ça ! »

-« Oh, ne vous inquiétez pas. Et entre nous, si je peux raconter mon expérience pour dédramatiser la situation et déculpabiliser les mères, ça me va très bien ! »

Après quelques entretiens téléphoniques et autant de mails échangés, la journaliste m’a confirmé que mon témoignage était « validé » par ses rédactrices. Rendez-vous était donc pris le mardi 4/10 (à l’aube !) dans … la maison des maternelles !

La veille de l’émission

-« Mon Dieu, je n’ai riiiiiiiiien à me mettre » répétais-je depuis 1h devant mon armoire (à moitié) vide.

« Mon Dieu, j’ai une coiffure de m—- »  me désolais-je devant le miroir.

-« Mon Dieu, mes ongles sont tout raplaplas » pleurais-je en regardant mes mains sèches et flétries.

PAS D’AUTRE SOLUTION que de poser ma demi-journée et de faire le super combo coiffeur-shopping-manucure-épilation (oui bon d’accord, l’épilation n’était peut-être pas nécessaire, mais mieux vaut être prévoyante, j’sais pas comment ça marche moi la TV !…)

Droit d'auteur: robuart / 123RF Banque d'images
Droit d’auteur: robuart / 123RF Banque d’images

Le jour J

6h30 : réveil. Ça pique mais j’m’en fous « JE VAIS A LA MAISON DES MATERNELLEEUH. JE VAIS A LA MAISON DES MATERNELLEUUUUUH »

7h : pas maquillée (un maquilleur est sur place), mais coiffée (du moins c’est ce que je crois), je monte dans le taxi qui m’attend (commandé la veille par la prod). Je suis surexcitée. « JE VAIS A LA MAISON DES MATERNELLEEUH. JE VAIS A LA MAISON DES MATERNELLEUUUUUH »

7h32 : j’arrive sur place. Les assistantes de prod et les journalistes m’accueillent très gentiment. Après un café, on m’emmène me faire maquiller (à côté d’Agathe Lecaron, la présentatrice !). En quelques minutes, je vois mes cernes disparaitre et mon teint « refleurir ». Du grand art. JE SUIS A LA MAISON DES MATERNELLEEUH. JE SUIS A LA MAISON DES MATERNELLEUUUUUH »

7h52 : je redescends et fais la connaissance des autres invités qui arrivent peu à peu. On discute avec le pédiatre et la kiné. J’en profite pour poser TOUTES les questions qui me viennent à l’esprit. Et hop une séance gratuite !!!

8h15 : on me dit qu’on va me poser le micro… Euh je peux aller aux toilettes AVANT ????!!!!

8h25 : essai sur le plateau. On se met en situation, on fait les tests caméras. Oh mon Dieu je m’aperçois dans la télé, vite, je détourne la tête !

8h31 : la coiffeuse propose de me coiffer rapidement. « ah bon mais je croyais qu’on n’avait pas le temps ? ». Bon apparemment, pour moi, ils l’ont trouvé. C’était si cata que ça, ma coupe de cheveux ??!!!

8h42 : je découvre qu’on a des potes en commun à Bordeaux avec la journaliste avec qui j’ai préparé l’émission. « Euh comme c’est en direct, j’ai le droit de dire que je m’installe là-bas en 2017 et que je cherche du boulot …? » « Non ? » « Bon. »

8h55 : l’émission commence dans 5 minutes. Avec les 2 autres mamans, on va dans le jardin dans lequel Agathe doit venir nous chercher.

9h : Les portables sont en silencieux, les visages concentrés, le direct commence.

9h02 : Agathe Lecaron nous accueille devant la maison, on avance d’un pas décidé et alerte et… je manque de trébucher sur ma voisine de droite (enceinte de 5 mois !!!!)

9h15 : on prend place  sur le canapé, ça va bientôt être notre tour !

9h18 : ça y est c’est parti mon kiki …. On témoigne (rapidement) de nos expériences avec l’autre maman, le pédiatre et la kinésithérapeute sont passionnants et DE-CUL-PA-BI-LI-SANTS (ça fait un bien fou !) et, tout à leur écoute, j’en oublie que je suis sur un plateau en direct ! Quand Agathe annonce la fin de notre séquence, je pourrais rester sur le canapé des heures à discuter avec eux tant l’ambiance est chaleureuse.

9h50 : mais il est temps de partir. On m' »exfiltre » du plateau avant la fin de l’émission. Un taxi m’attend. Je dois repartir au boulot.

10h20 : j’arrive au boulot. Mes collègues me regardent bizarrement. Faut dire qu’ils ne m’ont jamais vue (aussi bien) coiffée. Je m’excuse pour mon retard. « Désolée mais J’ÉTAIS A LA MAISON DES MATERNELLEUUUUH, J’ÉTAIS A LA MAISON DES MATERNELLEUUUH »

Et si vous voulez voir la fameuse émission, cliquez ici ! (moi j’avoue que je n’ai même pas osé la regarder !!!!)

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !