Au secours, ma fille préfère son papa ! (mais je n’ai pas dit mon dernier mot !)

Déjà il y a de quoi être vexé quand j’emmène ma fille à la crèche : alors que tous les enfants s’accrochent aux pantalons de leurs parents au moment des « aux-revoirs », la mienne fonce vers ses jouets et ses copains et me jette à peine un regard.. J’ai toujours un petit moment de solitude, quand je m’approche pour l’embrasser et qu’elle me regarde du genre « oui, c’est à quel sujet ? tu vois pas que je joue là ? » Le tout devant les auxiliaires puéricultrices qui tentent de me rassurer. « mais siiiiii, elle vous regarde partir … une fois que la porte est fermée. » Mouais

Bon, depuis le temps j’ai réussi à me convaincre que c’était mieux comme ça, que je n’aurais pas supporté de voir ma fille en larmes en partant au boulot, que ça montrait qu’elle était épanouie à la crèche et que NON CA NE VOULAIT PAS DIRE QU’ELLE NE M’AIMAIT PAS.

Mais depuis quelques jours, l’affront est cuisant : elle pleure quand je la prends et tends les bras vers son père,  refuse de manger avec moi et boit son biberon d’une traite avec lui, le suit partout quand moi elle me capte à peine à mon retour du boulot…. BREF ELLE PRÉFÈRE CLAIREMENT SON PÈRE !

Alors, évidemment, comme toutes les jeunes mères 2.0, j’ai tapé dans Google cette recherche absurde « bébé préfère papa. Que faire ? » et devant les quelques 551 000 résultats qui sont sortis, je me suis dit qu’il ne fallait pas trop s’inquiéter…

Et puis j’ai fini par tomber sur une interview de Stéphane Clerget pour MagicMaman

Bébé préfère papa :  que faire si on a le sentiment de se sentir une mauvaise mère ?
« ….. La mère doit avoir du plaisir à voir son enfant épanoui avec son père. Cela veut aussi dire qu’elle a choisi un bon père pour son enfant ! Il faut qu’elle en profite pour s’occuper d’elle, c’est aussi essentiel ! »

Bon ben tchao chéri je vais me faire masser moi, c’est le pédo-psy qui le dit !

Le père, lui, est fier comme un paon, le traitre. Bien sûr, il fait semblant d’être désolé pour moi mais je vois bien son petit sourire en coin quand sa fille le réclame corps et âme. Mais ce qu’il ne sait pas c’est que ça va tourner, alors profites-en bien mon chéri car la crise d’ado elle sera pour toi !!!!

9410699_s

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

Et qui a commencé l’année dans le pipi ? C’est bibi !

Fin des vacances, on est dans le train direction Paris. On a réussi à caser poussette et valises dans le wagon dans la cohue de voyageurs, c’est un miracle. On se pose enfin, soulagés.

Au bout d’une quinzaine de minutes, je sens une odeur nauséabonde sortir de ma fille. Évidemment je fais semblant de ne me rendre compte de rien et continue à lire mon Voici tranquillou pilou. Mais les regards en coin de ma voisine et les gros yeux du papa ont raison de moi : bon d’accord, je vais la changer.

Je prends donc couches, liniment et coton dans une main, ma fille sous le bras et m’en vais fièrement à la recherche du local pour la changer, une odeur de fumier dans mon sillage. Les gens se retournent sur mon passage, ils doivent admirer ma fille, je fais de grands sourires, jusqu’à ce qu’un lâche « mais ça PUE ici ! ». Sourire crispé. J’accélère.

Ah zut, il y a déjà quelqu’un dans la salle de change. Tant pis, je trouve 3cm2 au milieu de toutes les valises pour poser mes fesses, ma fille sur les genoux et attends.

J’attends.

5 minutes

J’attends.

10 minutes.

Je commence à trouver ça bizarre et toque à la porte. Pas de réponse, P****ils ont condamné la porte.

Ma fille toujours sous le bras (et qui pue de plus en plus), je vais au wagon-bar. « ah bah si c’est condamné, vous n’avez qu’à la changer entre 2 sièges dans votre wagon. » Reallyyyyyy ????? Elle sait ce que ça donne les selles d’une gamine qui a commencé la diversification ???

Je pars donc à la recherche du contrôleur. Je le trouve au bout de 5 minutes. Devant mon air désespéré, Il se précipite pour m’ouvrir la porte. Enfin !

Je commence à changer ma fille, ça tangue, le liniment se fait la malle. Allez, c’est pas grave, on y est presque. Dernier coup de coton et je vais pouvoir lui mettre sa nouvelle couche. Je me retourne pour la prendre, quand je sens un truc mouillé sur moi. MA FILLE EST EN TRAIN DE ME PISSER DESSUS. ET COMME UN MEC ! UN VRAI JET QUI DURE DE LOOOONGUES SECONDES.

Mother Blogger dans le wagon pipi

Résultat : 40 minutes d’attente et de galère pour que ma fille nage dans la pisse ! Nan mais je rêve ???!

Je finis par regagner ma places et tends, excédée, une gamine trempée à son papa. Après tout, il voulait un garçon (tout au début), il va voir ce que c’est !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

Mon beau sapin, roi des forêts ? Vraiment ?

Déjà, décembre commençait mal : j’avais raté le calendrier de l’avent. J’avais prévu de l’acheter autour du 10 décembre et me réjouissais de pouvoir manger 10 chocolats d’un coup. J’étais même assez fière de ma technique pour me goinfrer sans culpabiliser ! Ce que je n’avais pas prévu c’est que le 10 décembre, IL N’Y AVAIT PLUS DE CALENDRIER DE L’AVENT NULLE PART !!!!!

C’est pas grave, me disais-je, je me rattraperai sur le sapin. 1 semaine que je gonflais mon mec « Il faut qu’on fasse le sapin !!! En plus ce sera le premier « vrai » de Gaby. »  Je me voyais déjà en train de décorer le sapin en buvant du thé à la cannelle et écoutant des chants de Noël, un bonnet de Père Noël sur la tête.. Clichée, moi ???

Et un jour, mon homme est entré avec un sourire triomphant, tirant notre caddie (oui on a un caddie, je vous en parlerai plus tard…) duquel dépassaient des branches de sapin et laissant derrière lui une odeur de forêt …

« Wahouuuuuu, tu l’as acheté !!! Merciiii mon coeur ! »

Je pouvais apercevoir la cime . J’étais surexcitée et sautillais autour comme une puce. Mon homme très fier m’a expliqué qu’en plus c’était un sapin « en pot » et qu’on pourrait le replanter après. Wahouuuu, c’était « so romantic », « so COP 21« , « so esprit de Noël », quoi.

Et puis il l’a sorti.

Gros blanc. Sourire figé. Visage décomposé.

Je m’attendais à ça. (bon d’accord il aurait fallu déménager mais je ne vois pas en quoi c’était un problème ..)

41295296_s

Je l’ai vu comme ça

2481172_s

C’était un sapin avec un pot certes mais SANS BRANCHES. SANS BRANCHES !!! POUR UN SAPIN !!! Et MI-NU-SCULE ! On aurait dit un Pin. Ou une ampoule. C’est ça, il avait la forme d »une ampoule !!!

S’en sont suivies 2 jours de gueule, 1 refus total de le décorer (autant décorer une plante verte), et interdiction de mettre des chants de Noël pendant 72 heures, ça me déprimait trop.

IMG_1916
Moi qui fais la gueule devant mon sapin moche

Même Gaby était totalement désintéressée et n’a même pas essayé de tirer sur les boules de Noël. (je parle bien de celles du sapin, oui).

Et finalement la magie de Noël a opéré puisqu’au bout de 48 heures de bouderie (quand même !), je me suis enfin habituée à lui. Parce que même s’il est moche, c’est notre premier sapin de Noël en famille.

Mais l’année prochaine, c’est moi qui m’en occupe !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

J’ai testé pour vous le massage « jeune maman » !

Mes copines (qui sont formidables évidemment), m’ont offert après mon accouchement une carte cadeau pour un massage. 11 mois que je rêvais d’y aller. 11 mois que je reportais et ne trouvais pas le moment idéal.

A 2 semaines de la date d’expiration, j’ai enfin pris RDV au centre Thémaé... Et ai testé pour vous le « massage jeune maman » (oui je sais, moi je suis comme ça, je me dévoue pour la communauté)

AVANT – La mise en condition

Je veux être au top de ma NON-FORME pour profiter au max de mon massage . Alors, je ne lésine pas sur les efforts la semaine qui précède : je vais acheter des packs d’eau et ne prends pas l’option livraison, je porte la poussette dans les escaliers du métro (et ce, même quand il y a des ascenseurs), je ramasse sans moufter le biberon que Gaby balance plusieurs fois par repas (et sans plier les genoux), je ne porte ma fille que sur la hanche droite pour n’appuyer que sur un côté. Une semaine classique me direz-vous …

A la fin de la semaine, je ressemble à CA.

20528763_s

Mission accomplie : je suis lessivée et j’ai un mal de dos de chien. Je m’endors, fière de moi.

LE JOUR J – Le paradis

Ma fille s’accroche à moi au moment de partir : j’essaie de lui expliquer calmement que maman va se faire masser, que c’est son moment à elle et que là IL VA FALLOIR LA LÂCHER SINON ELLE RISQUE D’ÊTRE ÉNERVÉE GENRE TRÈS ÉNERVÉE ! Je la laisse à son papa endormi en lui lâchant « pfff pour une fois que je peux m’occuper de moi » .. La mauvaise foi incarnée, oui.

J’arrive finalement à partir (m’échapper en courant serait le terme exact) et me présente avec 15 minutes d’avance (bon d’accord, j’avais pris de la marge, on n’est jamais trop prudents. Quand je vous dis que je suis de mauvaise foi …)

Après avoir hésité pendant 10 minutes entre le massage « oriental » et le massage « jeune maman » (mais vous entendez quoi exactement par « jeune maman » ???), je finis par me décider et entre dans le sanctuaire …

IMG_1899

La masseuse arrive et m’annonce qu’on va commencer par un bain de pieds. Je suis assaillie par un doute affreux : ai-je enlevé mon vernis d’été qui tient encore par mini-couches ? L’honneur est sauf : je l’ai enlevé la semaine derrière, après 3 mois de bons et loyaux services, je peux commencer à me détendre …

J’enfile ma serviette et choisis ma musique (je reste classique et opte pour la « musique de chambre », j’ai peur de me prendre un fou rire avec la playlist « forêt », et me méfie de leur sélection « feng-shui/new age »)

S’ensuivent 50 minutes de pur bonheur. On me papouille le dos, les jambes et les bras. On me met de la crème qui sent bon et des pschitts de parfum. On m’enlève les tensions dues à mon nouveau « statut ». Je bave de contentement sur ma serviette.

Au moment du gong final, j’ai la larme à l’œil et m’agrippe désespérée à la table de massage : APPELEZ LES FLICS SI VOUS VOULEZ MAIS MOI JE NE PARTIRAI PAS !

Devant l’air dépité de la masseuse, je me fais violence et finis par m’extirper de la table.

Et après ?

Après, cool et détendue, je ressemble à ca !

8862122_s

Ben quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je vous vois sourire. C’est le verre d’eau qui vous choque ???

Centre THÉMAÉ  – 20-22 rue croix des Petits Champs – 75001 Paris – Tel : +33 (0)1.40.20.48.60

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

LA méthode pour faire dormir bébé !

Il y a quelque temps, je vous avais donné les techniques en tout genre pour faire dormir bébé. Techniques glanées à droite et à gauche et testées avec plus ou moins de succès.

Mais c’était avant CA !!!!!!

 

Technique qui marche sur les enfants de 0 à 3 mois. Ça me donnerait presque envie de faire le deuxième pour tester en live …. jusqu’à ce que je me souvienne qu’en fait les nuits ça ressemble à ça !!

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

J’ai testé pour vous le … DIY !

Je ne suis pas très manuelle, c’est le moins qu’on puisse dire ! Pour preuve, mon expérience plus ou moins réussie de repeindre l’armoire de la chambre de ma fille, avant sa naissance !

Alors quand mon mec me dit : « Et si tu faisais toi-même les ballotins de dragées pour le baptême de Gabrielle ? », je lui ris au nez et lui brandis tous les sites qui font ça très bien tout seul ! Mais c’est sans compter sa pugnacité et l’intervention (divine) d’une copine qui me dit que c’est d’une simplicité (biblique), avec modèle à l’appui.

A court d’arguments, je finis par céder. Et puis au pire, ça fera un article pour mon blog …

Après avoir repéré quelques modèles sur « l’internet », je me mets en action.

1/ Trouver la « matière première »

Totalement paniquée à l’idée d’entrer dans une boutique avec les mots « loisirs » et « créatifs » dans le nom, je convaincs une copine de m’accompagner. Alors que je suis complètement perdue au milieu de tous les tissus aux noms exotiques, je trouve mon bonheur : un tissu blanc avec des petits ronds en relief dessus. (j’apprendrai plus tard qu’il s’agit de « plumetis ») Triomphante, je brandis le bout effiloché qui reste. On calcule combien de ballotins je peux faire avec ça. A vue de nez, ça fait 9. Argh pas assez. Après vérification auprès du vendeur, 50. Un vrai compas de l’œil, ça commence bien !

Je choisis également les rubans. Comme j’hésite, j’en prends 4 différents, je dirai que je trouvais ça sympa d’avoir 4 modèles. (tout en niant farouchement que je suis une indécise chronique)

J’investis également dans une paire de ciseaux crantés (je découvre au passage ce que c’est) et des étiquettes.

Le WE suivant, après une nuit entrecoupée de cauchemars avec des dragées géants qui me hurlent dessus et se font la malle sur des tapis en plumetis, je décide de me mettre au travail.

2/ Dessiner des ronds (à l’aide d’une assiette par exemple) sur le tissu.

Ca a l’air simple comme ça et pourtant premier mouvement de panique : il faut que je prenne une petite ou une grande assiette ??? Après avoir essayé de calculer combien ça fait de ronds dans les 2 cas (rappelez-vous que j’ai un compas dans l’oeil), j’opte pour les PETITES assiettes. La langue tirée et hyper concentrée, je dessine donc mes ronds sur le tissu (préalablement lavé et repassé) à l’aide d’un crayon à papier. J’en ferai finalement 36.

3/ Découper le tissu avec des ciseaux crantées.

Et c’est parti mon kiki mon une séance de découpage frénétique. Au final 36 petites crêpes pas vraiment rondes et effilochées !!!

IMG_1840

4/ Personnaliser les étiquettes et les enfiler dans les rubans

Pour cette étape, il me faut bien 1h de concentration intense. Qui a essayé récemment d’écrire comme un enfant de 7 ans ??? Sur un bout de papier de 2 cm de long ?!!! Et de mettre un bout de ficelle dans un trou de 5mm ????

5/ Construire le ballotin

Dernière étape : l’heure de vérité.

Je suis surexcitée, j’installe tout sur « ma table de travail »

IMG_1859

Et prépare le 1er ballotin.

Le résultat est décevant : on ne voit pas le joli tissu (ce à quoi mon mec me répond que c’est parce que je l’ai mis à l’envers …Ah oui !), le ballotin est trop petit (j’aurais peut-être dû faire le test AVANT de découper l’intégralité du tissu), le nœud est raté, l’étiquette est derrière ET à l’envers, et mon mec me demande pourquoi y a écrit « Gabrietta » sur les étiquettes.

Bref, c’est ce qu’on appelle un échec !

A force de patience, d’essais et de tutos (comment faire un joli noeud, comment plier un tissu, comment étouffer son mec avec du tissu plumetis sans se faire attraper) et après avoir mangé la moitié du paquet de dragées …. j’arrive à un résultat qui, à défaut d’être joli, a le mérite d’exister … (à condition qu’on ne regarde pas trop dans les détails) !

TALAAAAAAA

IMG_1860

IMG_1862

IMG_1875

 

C’EST MOI QUI LES AI FAITS !!!! En revanche, le jour J, je dirai que c’est ma petite cousine de 10 ans !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

 

 

 

J’ai testé pour vous … 4 jours sans le papa !

37004997_s

Jour 1 : trop easy !

Le matin : le papa s’en va, sa valisette sous le bras pour 4 jours de déplacement professionnel à Dublin. Nous le regardons partir, la larme a l’œil, la lèvre tremblotante.
Il claque la porte et là « danse de la joie » : c’est parti pour une semaine entre filles ! HIHAAAAAAAA !
Le soir : je vais chercher la puce (et je ne suis même pas la dernière à la crèche !) : bain, purée, câlin, dodo, tout s’enchaîne parfaitement. Trop easy !

Jour 2 : ça se corse …

Le matin : 8h35. Avec 5 minutes d’avance, ma fille est habillée, coiffée (!), a pris son biberon, et est prête à partir à la crèche. Je me sens une héroïne des temps modernes, une wondermum de l’espace ! Jusqu’à ce que je croise mon reflet dans la glace… « Haaaaa c’est pas vrai, je suis toujours en pyjama, moi !!!! »

Le soir : bon y a plus de lait, plus de purées d’avance, plus de crème pour ses jolies fesses. Mon ordi sous le bras, la poussette dans une main, le pain dans l’autre, je fonce faire les courses. Ça grogne dans la poussette, la demoiselle commence a avoir faim. Arrivées à la maison, le programme est millimétré :
– 18h40 : je mets les légumes dans le babycook
– 18h42 : je fais couler le bain
– 18h44 : je déshabille ma fille
– 18h47 : ma fille est dans le bain
– 18h50 : je lance la machine à laver
– 18h52 : je lave ma fille. Elle me raconte sa journée. Je comprends rien.
– 18h56 : allez ouste, on sort du bain, en pyjama
– 19h : le babycook sonne la fin de la cuisson
– 19h01 : ma fille est installée sur sa chaise haute. Elle attend.
– 19h02 : ma fille est installée sur sa chaise haute. Elle commence a chouiner.
– 19h03 : je mixe la purée, je prépare le biberon « j’arriiiiive ma chérie »
– 19h05 : le diner commence. Elle crie, met des doigts dans la purée et finit par la jeter par terre. J’abandonne (mais dignement)
– 19h10 : on passe au biberon
– 19h22 : fin du biberon
– 19h25 : bisous, câlins, lecture, allez hop au lit
– 19h30 : cooool ma fille dort, je vais pourvoir …. rallumer mon ordi de boulot
– 20h20 : allez je vais grignoter un truc mais avant il faut que j’étende la machine
– 21h : je suis devant Pretty Woman avec des pâtes chinoises que je mange directement dans le plastique. Just a perfect evening !

Jour 3 : dur, dur …

Le matin : déjà à la bourre pour déposer ma fille, je réalise que c’est le petit déjeuner organisé par la crèche pour faire connaissance avec la psychologue. Arghhh j’hésite, je tergiverse : je vais être en retard à ma réunion de boulot MAIS si je ne m’arrête pas, ne vais-je pas être taxée de mère ambitieuse et caractérielle et ma fille souffrant du syndrome d’abandon ? Après tout c’est la psychologue ! C’est finalement mon statut de mère qui prend le dessus (faut dire que le gâteau aux pommes préparé par la cuisinière de la crèche me fait de l’œil…)

Le soir : je cours, je vole pour récupérer ma fille. J’arrive haletante au moment de la fermeture. Ma fille, elle, m’attend, avec des yeux de merlan frits. Moment de culpabilité intense.

Jour 4 : c’est bientôt fini …. ?

Le matin : Merde c’est le jour où je me lave les cheveux, ça remet en question toute mon organisation … Bon si je me lave les cheveux, ça veut dire que j’ai 10 minutes pour la préparer et qu’elle doit boire son biberon en 12 minutes chrono, 17 minutes si je ne me sèche pas les cheveux. C’est faisable. Pas évident mais faisable. Ou alors je zappe le petit déjeuner. Bon, il reste toujours la solution de me lever plus tôt mais là franchement … Rohh j’aurais dû préparer ses affaires (et les miennes !) la veille. Bon ben tant pis, je ne me lave pas les cheveux !

Le soir : Mon homme revient, épuisé par sa semaine boulot. Je lui tends l’enfant : « Tiens chérie, va voir papa, tu lui as tellement manqué ! Maman, elle, va se faire un petit we copiiiiines ! Je vous aime, hein …. Mais là, tchao la compagnie ! »

Le mot de la fin sera évidemment pour tous les papas et toutes les mamans qui s’occupent de leur(s) enfant(s) en solo : VOUS ÊTES MES HÉROS !!!

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

De mère en fille !

La plupart des gens me disent que ma fille me ressemble comme 2 gouttes d’eau. Et j’avoue en être assez fière (quoique, si je suis vraiment honnête, je dois reconnaitre qu’elle a les lobes d’oreille de son papa). Mais à bien y réfléchir, il y a quelques trucs que je n’aimerais pas lui transmettre !

  • Mes cheveux (sauf si je souhaite à ma fille d’avoir des poils de balai de chiotte sur le crâne)
  • Mon auriculaire, totalement disproportionné par rapport au reste des mes doigts (même si c’est la taille idéale pour lui curer le nez)
  • Ma vue défaillante et mes années de port de lunettes, tendance cul de bouteilles !
  • Mon sens de l’observation (il m’aura fallu plus de 24h pour remarquer que mon mec avait acheté un écran plat…. alors que l’ancienne TV était posée au milieu du salon !). Et malheureusement, cela n’a rien a voir avec le point ci-dessus (je m’étais déjà fait opérer des yeux)
  • Mon esprit pratique : « Arnauuuud, ça marche paaaas » est la phrase la plus prononcée en 8 ans de vie commune
  • Mes capacités culinaires : « Arnauuuud, on mange quoi ce soir ? » est la 2ème phrase la plus prononcée en 8 ans de vie commune
  • Et mes capacités manuelles en général d’ailleurs
  • Mon « oreille musicale » que ce soit pour chanter juste ou pour bien parler les langues… Alors vous imaginez le massacre quand je CHANTE EN ANGLAIS !!!! (es terre dai, hall maille traveule Sims so phare euh ouais..)*
  • Ma souplesse. Légendaire. L’autre fois, je me suis fais mal en essayant de monter (ou devrais-je dire escalader) 2 marches à la fois !
  • Mon sens du style (mais pour cela j’ai anticipé : sa marraine est une fashion victime et « personnal shopeuse » à ses heures perdues)

Bon ben ma chérie, je suis désolée, je comprends que tu fasses la gueule … Devant ce magnifique patrimoine génétique, on va dire que je vais t’apprendre l’humour et le sens de l’auto-dérision, hein ????

DE MERE EN FILLE

*Bravo à ceux qui ont reconnu « Yesterday »

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

De chaque côté du lit

Il y a quelques jours, je vous parlais de « L’art de la drague 2.0« , de Steeve Bourdieu pour connaitre tout des règles de séduction à l’heure des réseaux sociaux !

Et bien, bonne nouvelle, une fois que vous aurez trouvé l’âme sœur sur Happn ou Tinder, vous pourrez cette fois profiter des conseils de Candice Kornberg Anzel (l’auteur de l’excellentissime « Avant j’avais une vie, maintenant j’ai des enfants ») et de Laurent Gonzales, qui décodent la vie de couple dans cet ouvrage écrit à 4 mains.

DE CHAQUE COTE DU LIT

Le livre qui dit tout haut ce que les couples pensent tout bas !

 de chauqe côté du litEN LIBRAIRIE

Vous pourrez ainsi bannir de votre langage les 10 phrases que les mecs détestent entendre (sauf si vous voulez vraiment le faire ch—), découvrir en exclusivité les confessions (intimes) de Juliette (oui oui, celle de Roméo) et de Cupidon, et, qui sait, peut-être enfin mieux communiquer (faute de comprendre …) avec celui qui partage votre vie depuis quelques jours, mois, années ou décennies !

Et pourquoi ne pas finir par une citation (une fois n’est pas coutume ..) « Paradoxalement, on bouquine plus facilement au lit qu’on ne s’envoie en l’air à la bibliothèque »

Je vous laisse méditer !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

L’art de la drague 2.0

Alors que j’étais en pilou pilou avec ma soupe devant Le Meilleur pâtissier 2015, coup de fil d’une copine. Inquiète, je mets pause : je l’avais eue 30 minutes avant au tél, elle était en train de traverser tout Paris pour se rendre à une date Tinder.

  • Ouh là, si tu m’appelles maintenant, c’est mauvais signe, non ? Ça s’est mal passé ?
  • Ben on ne peut pas dire que ça s’est MAL passé : ça ne s’est pas passé DU TOUT, le mec ne s’est pas pointé.
  • Mais comment ça ???
  • Ben je l’ai eu 5 minutes avant, il m’a dit qu’il serait en retard. Il n’est jamais venu.
  • P***** DE C****** de sa M****** *$%///&@@@# (-> signes du clavier pour montrer que je suis colère, genre grosse grosse colère, genre colère vénère !!!)
  • Mais pourquoi ça n’arriiiiiive qu’à moiiiiiiiii ? Franchement tu devrais faire un article sur ton blog à ce sujet !

Car avant, il y avait eu V. qui en fait s’appelait  P. et s’est avéré (au bout de quelques mois) marié avec 3 enfants (il faut dire qu’on aurait pu s’en douter, il n’était dispo que pendant les vacances scolaires. La grande classe).

Puis il y avait eu T. qui datait plusieurs nanas en même temps. Manque de bol, les filles étaient copines.

Ou encore M., gentil et attentif … mais qui allait emménager avec sa copine.

Et B. qui après 5 minutes de rencard avait voulu savoir si elle voulait des enfants. « Parce que tu comprends, moi j’en ai déjà 2, alors si t’en veux, ca sert à rien de se reprendre un verre »

Il y avait eu R. qui lui avait fait le coup du « t’es une fille trop bien. La meilleure chose qui puisse t’arriver, c’est qu’on ne rentre pas ensemble ce soir. »

Et puis, J., R. et B. qui n’ont jamais rappelé.

Mais que se passe-t-il ??? Qu’arrive-t-il aux hommes ? Est-ce qu’avec les réseaux sociaux, la multitude de possibilités, les hommes pensent que l’herbe* est plus verte ailleurs ? (*n’y voyez là aucune tentative de métaphore hasardeuse)

Parce que moi je veux bien faire un article mais je ne suis pas de très bon conseil. A mon époque, c’était beaucoup plus simple. On se rencontrait en soirée et après quelques verres, on se roulait 3 pelles. 8 ans plus tard, on était pacsés, avec enfant et on passait nos mercredis soirs devant Le meilleur pâtissier en pilou pilou avec une soupe.

Heureusement, il y en a un qui va pouvoir voler au secours de toutes celles (et ceux) qui sont un peu paumé(e)s avec les nouvelles règles des réseaux sociaux. Qui ? Le sociologue du « love », le Dom Juan du 2.0 (non ceci n’est pas un département), le Alain Delon (époque années 60’s, le Alain Delon, hein …) de L’internet …. , le bien-nommé Steeve Bourdieu !

Dans son Art de la drague 2.0, il révèle TOUT et décrypte les règles de base du texto (il parait que le point-virgule est le nouveau 3 petits points et que « la loi des 3 jours » totalement has been), apprend comment transformer l’essai du texto au sexto, et enseigne les méthodes pour séduire intelligemment sur Tinder, Meetic, AdopteUnMec, Happn, Facebook et même …. LinkedIn. Oui oui vous avez bien lu : LinkedIn !

Alors bien entendu, vous qui lisez mon blog, vous n’êtes peut-être pas la cible privilégiée (enfin a priori …) mais pensez à vos copines célibs et vos potes en mal d’amouuuuuur, ce livre est pour eux !

Et puis, comme ça, qui pourra mater tranquillou Le meilleur pâtissier en pilou pilou avec sa soupe, sans avoir besoin de mettre pause ?

l'art de la drague 2.0EN LIBRAIRIE LE 4 NOVEMBRE

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !