Premiers pas de bébé … ou pas !

Avant je disais : « Nannn, mais les enfants c’est chacun son rythme. Faut pas leur mettre la pression. Ils sont tous différents. Il faut leur laisser le temps d’appréhender chaque étape. De toute façon ils se mettront à marcher quand ils seront prêts donc pas besoin de les presser »

MAIS CA C’ÉTAIT AVANT.

Avant que les petits copains de crèche de Gabrielle ne se mettent tous à marcher AVANT ELLE.

Il y a d’abord eu M., sa grande copine. A 10 mois. Mais c’était normal : elle avait 3 grands frères.

Et puis il y a eu T.,13 mois. En même temps, sa maman était sur le point d’accoucher. Il allait devenir le grand frère. Il devait prendre de l’autonomie.

Et puis il y a eu C. Un lundi, je l’ai vu arriver sur ses 2 pieds. Ses parents, très fiers, m’ont expliqué qu’il avait fait ses premiers pas le jour de ses 15 mois. Ouff, j’ai pu respirer : J’étais large, Gaby avait alors à peine 13 mois, elle se tenait droite, se déplaçait en se tenant aux meubles et faisait des courses de « déambulateur » avec sa copine A. Pfff ce n’était qu’une question de jours.

Tiré du film OSS 117 - Rio ne répond plus
Tiré du film OSS 117 – Rio ne répond plus

 

Et puis, elle a eu 14 mois.

Et puis, elle a eu 15 mois.

 

Depuis Noël, tous les vendredis soirs, en partant du boulot, je dis « Nannn mais c’est sûr, c’est pour ce WE. Je le sens là. Une mère ça sent ce genre de choses »

J’y ai souvent cru …

 

Et puis en fait non ….

 

… Et depuis Noël, tous les lundis matins, je reviens la tête basse.

J’ai essayé de la faire marcher en lui tenant les bras. Jusqu’à ce que la psychomotricienne de la crèche me dise : « vous avez déjà vu beaucoup de gens marcher les bras en l’air, vous ? »

Je l’ai attirée avec de la bouffe. Des jouets. Du papier. Elle a foncé, oui….. mais à 4 pattes !

Je me suis assise devant elle en lui tendant les bras. Elle s’est jetée sur moi. En oubliant d’avancer le pied.

Je l’ai rassurée : « Mais je continuerai à te faire de gros câlins, tu sais, même si tu marches ».

Je l’ai suppliée « Tu ne veux vraiment pas marcher comme une grande ? Maman ne peut pas te porter là, tu es trop lourde »

Je l’ai encouragée « allez ma puce, je suis sure que tu peux le faire, t’es la meilleure ! »

J’ai même trouvé des points positifs « naannn, mais si elle ne marche pas c’est qu’elle développe autre chose. Je suis sure qu’elle sera hyper forte en orthographe. Et puis au moins, le jour où elle marchera elle aura un super équilibre. »

Bref, ma fille de 15 mois ne marche toujours pas. Et j’assume !

J’assume tellement que je suis d’ailleurs allée témoigner sur l’émission de France 5, la Maison des maternelles dans un sujet sur « les premiers pas de bébé » …. Et si vous voulez voir la fameuse émission, cliquez ici ! (moi je suis la mère « imparfaite »)

Et si vous voulez tout savoir sur les coulisses de l’émission c’est ici !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

 

 

Mon beau sapin, roi des forêts ? Vraiment ?

Déjà, décembre commençait mal : j’avais raté le calendrier de l’avent. J’avais prévu de l’acheter autour du 10 décembre et me réjouissais de pouvoir manger 10 chocolats d’un coup. J’étais même assez fière de ma technique pour me goinfrer sans culpabiliser ! Ce que je n’avais pas prévu c’est que le 10 décembre, IL N’Y AVAIT PLUS DE CALENDRIER DE L’AVENT NULLE PART !!!!!

C’est pas grave, me disais-je, je me rattraperai sur le sapin. 1 semaine que je gonflais mon mec « Il faut qu’on fasse le sapin !!! En plus ce sera le premier « vrai » de Gaby. »  Je me voyais déjà en train de décorer le sapin en buvant du thé à la cannelle et écoutant des chants de Noël, un bonnet de Père Noël sur la tête.. Clichée, moi ???

Et un jour, mon homme est entré avec un sourire triomphant, tirant notre caddie (oui on a un caddie, je vous en parlerai plus tard…) duquel dépassaient des branches de sapin et laissant derrière lui une odeur de forêt …

« Wahouuuuuu, tu l’as acheté !!! Merciiii mon coeur ! »

Je pouvais apercevoir la cime . J’étais surexcitée et sautillais autour comme une puce. Mon homme très fier m’a expliqué qu’en plus c’était un sapin « en pot » et qu’on pourrait le replanter après. Wahouuuu, c’était « so romantic », « so COP 21« , « so esprit de Noël », quoi.

Et puis il l’a sorti.

Gros blanc. Sourire figé. Visage décomposé.

Je m’attendais à ça. (bon d’accord il aurait fallu déménager mais je ne vois pas en quoi c’était un problème ..)

41295296_s

Je l’ai vu comme ça

2481172_s

C’était un sapin avec un pot certes mais SANS BRANCHES. SANS BRANCHES !!! POUR UN SAPIN !!! Et MI-NU-SCULE ! On aurait dit un Pin. Ou une ampoule. C’est ça, il avait la forme d »une ampoule !!!

S’en sont suivies 2 jours de gueule, 1 refus total de le décorer (autant décorer une plante verte), et interdiction de mettre des chants de Noël pendant 72 heures, ça me déprimait trop.

IMG_1916
Moi qui fais la gueule devant mon sapin moche

Même Gaby était totalement désintéressée et n’a même pas essayé de tirer sur les boules de Noël. (je parle bien de celles du sapin, oui).

Et finalement la magie de Noël a opéré puisqu’au bout de 48 heures de bouderie (quand même !), je me suis enfin habituée à lui. Parce que même s’il est moche, c’est notre premier sapin de Noël en famille.

Mais l’année prochaine, c’est moi qui m’en occupe !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !