Grasse matinée versus matinée avec bébé …

maman avec bébé 

Les 10 avantages du samedi matin avec bébé

1- Tu te fiches de te lever tôt car tu sais que tu pourras faire une sieste dans la journée si besoin parce que c’est le WEEEEEK-EENNNNND !

2- Quand tu vas chercher ton enfant et qu’il/elle a la mine réjouie de quelqu’un de sincèrement content de te voir, tu te sens un peu comme un « super-héros »

3- Tu peux l’habiller comme tu veux (que celle qui n’a jamais été « interloquée » par les habits minutieusement choisis par le papa me jette à la figure la première chaussette bout’d’chou)

4- Tu peux PRENDRE LE TEMPS de donner le biberon sans regarder l’heure toutes les minutes

5- Et cela dans un appartement silencieux

6- Pour la balade dans les rues vides de Paris

7- Pour le petit café en amoureus(es) avec ta/ton fille/fils

8- Pour les moments des courses où tous les commerçants s’extasient devant ton bébé-sourire

9- Pour la joie de ton mec devant sa brioche à la praline et son Equipe quand il se réveille

10- Parce que demain, ce sera à ton tour de faire une grasse mat’ !

VERSUS

 

Les 10 avantages de la grasse mat’ le samedi matin

 

grasse matinée de jeune maman

1- Tu dors

2- Tu dors

3- Tu dors

4- Tu dors

5- Tu dors

6- Tu dors

7- Petit soupir de satisfaction quand tu te réveilles et que tu peux faire l’étoile de mer parce que ton mec est parti faire les courses avec l’enfant

8- Tu te rendors

9- Tu dors

10- Tu dors

 

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

Pourquoi c’est bien les WE de potes avec bébé !

Après 2 mariages les WE derniers, je me sentais aussi fraiche qu’une rose … fanée et ramollie comme un loukom par la canicule. Je redoutais un peu les 4 jours à 12 potes et 4 enfants, avec les matinées de bébé à gérer… Que voulez-vous, on n’a plus 20 ans.
Mais finalement, j’ai réalisé qu’un WE avec bébé c’est ‘achement mieux avec les copains !!!
WE ENTRE AMIS
  • Parce que quand ils n’ont pas d’enfants, ils sont disposés à s’occuper du tien et à gérer les biberons (et même ceux du matin, et même ceux pendant l’apéro !)
  • Parce que quand ils ont des enfants, ils sont pleins de bons conseils « mais non c’est pas grave si elle mange de la terre, moi la dernière fois, elle a mangé le cendrier »
  • Parce que l’apéro est servi à 17h et qu’en cumulé, on a l’impression de s’être fait une vraie soirée même si on est au lit à 23h
  • Parce que t’as toujours un pote déjà debout – ou pas encore couché – à 7h30 pour aller chercher les croissants avec toi
  • Parce que le matin, avec ou sans enfants, on a tous la tête dans le cul
  • Parce qu’ils n’osent plus faire la chenille en caleçon dans ta chambre à 3h du mat’ (car bébé dort)…
  • Parce qu’on peut sécher la ballade de 4 heures en prétextant une virée au Guignol avec les enfants des autres
  • Parce que tu peux piquer les doudous et les biberons de tes potes quand t’as oublié ceux de ta fille
  • Parce que ton pote célibataire n’est pas contre un petit tour de poussette avec ton enfant, un « aspirateur à gonzesses » (presque) aussi efficace que se promener avec un chiot – parait-il
  • Parce que les enfants peuvent jouer ensemble (comprendre : se taper dessus mais c’est tellement miiiiignon)
  • Parce qu’avec les copains, on a 12 ans et qu’on en oublierait presque qu’on est parents !

Alors, les copains, on remet ça bientôt ?

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Découvrez le bola de grossesse !

bola de grossesse

Kesako ?

Le bola de grossesse, ou bulan bola est un petit bijou sonore ethnique qui vient d’une tradition indonésienne.

Les femmes balinaises portent ce bijou tout au long de leur grossesse. Selon la légende, le bola de grossesse protège l’enfant des ondes négatives. Considéré comme un « appeleur d’ange », il permet à la future maman et à son bébé de se rapprocher de leur ange gardien.

Ce bijou s’est exporté en Europe et plus particulièrement en France. Aussi appelé bille d’harmonie, le bola de grossesse est connu pour ses vertus apaisantes et séduit tous les jours de plus en plus de futures mamans en quête de bien-être.

Le super-pouvoir du bola !

La magie du bola de grossesse réside …. dans la mélodie qu’il émet : les bulan bolas renferment une petite bille sonore qui émet un léger son, semblable à celui d’un petit xylophone (et qui vous rappellera vos cours de musique en primaire et ça, ça n’a pas de prix !). Il se porte sur le bas-ventre grâce à un long sautoir, et à chaque mouvement de la future maman, il émet un joli tintement que le bébé perçoit dès la 20ème de grossesse. Bercé par cette mélodie, le bébé s’y habitue et est apaisé et rassuré. A sa naissance, il reconnaît la musique du bola qui devient un réel son d’éveil et qui lui rappelle les moments de quiétude passés dans le ventre protecteur de sa mère. De là à penser que vous pourrez calmer bébé rien qu’en balançant nonchalamment votre bijou au-dessus de son berceau comme un pendule, il n’y a qu’un pas !

Et en plus c’est canonng !

Fabriqués en argent 925 ou en plaqué or 22 carats, les bulan bolas sont fabriqués dans le respect de la tradition indonésienne par des artisans soucieux du détail. En résine colorée ou en argent, à motifs ou unis, lisses ou décorés de reliefs élaborés, sobres ou sertis de cristal de Swarovski,  il existe des dizaines de modèles qui peuvent être portés avec un simple cordon noir, une chaine en argent ou en or, ou un ruban en coton liberty.  Vous pourrez découvrir de véritables bijoux bola sur la boutique Nativee ! (un conseil mesdames : laissez la page du site ouverte sur l’ordi familial, et si le futur papa n’est pas trop naïf, il devrait vite comprendre le message !)

Et le truc en plus

Et bien sûr, le bola de grossesse fait un souvenir de grossesse unique et peut être transmis de génération en génération, ce qui vous l’avouerez, est plus classe que de refiler à sa progéniture crèmes anti-vergetures et bas de contention !

Alors, OSEZ LE BOLA !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Premier mariage avec bébé !

Retour sur le premier mariage de copains avec notre fille de 6 mois !

PREMIER MARIAGE AVEC BEBE

LA MESSE

On s’installe tout au fond et sur les côtés, histoire de pouvoir s’échapper en cas de cris intempestifs en plein milieu de l’échange des consentements. Et on fait bien ! Gabrielle, qui est d’excellente humeur, teste sa voix et fait des vocalises dès l’entrée de la mariée. Les rangs de devant se retournent en souriant, je suis mortifiée, mais je ne vais pas la bâillonner cette enfant ! Heureusement elle a un compagnon de jeu, qui a 1 semaine de différence. On met les poussettes l’une en face de l’autre, et voilà que ça papote, ca bavouille, ca gazouille et ça se lance des regards énamourés. Avec la mère, on fait des projets d’avenir, on les voit déjà mariés. Les rangs de devant se retournent en fronçant des sourcils, cette fois, ce n’est pas à cause des cris des enfants…

Au fil de la cérémonie, les parents avec enfants se retrouvent tous derrière à faire des tours de poussette pour calmer les uns ; à sortir des jeux pour occuper les autres. On dirait un jardin d’enfants improvisé. Les parents, solidaires, se regardent mi-résignés, mi-complices.

12h15 pétantes, c’est l’heure du bib. Ça commence à chouiner (en canon, les uns après les autres, une vraie chorale !). On s’éclipse discrètement avec la mère du futur époux de Gabrielle et on donne le déjeuner dans un resto sur la place de l’église. En 12 minutes, petits pots, biberons, langes et bavoirs jonchent la table. On est à deux doigts de l’accident de purée de sur nos robes de soirées …

On attend la sortie avec un petit café, on est aux meilleures loges pour crier « vive les mariés ! »

 

LE COCKTAIL

Nous sommes accueillis sur le lieu de réception par 4 charmantes jeunes femmes qui s’avèrent être les babysitters pour la soirée. Elles nous proposent de s’occuper de Gabrielle.

– Mais genre maintenant ? Et pour toute la soirée ? Et sans horaire de fin ? Et y a une salle exprès pour les bébés ?

Elles ont à peine le temps de me répondre que j’ai déjà lâché poussette, biberon et enfant et suis partie en courant me chercher une petite coupe !

Bon le truc que je n’avais pas prévu c’est que ma fille épuisée par la journée et ses 2 siestes zappées, se mettrait à hurler devant la nounou. Je finis par lui donner son biberon, en me faisant régulièrement ravitailler en coupes de champagne. Une gorgée pour bébé, une gorgée pour maman ….

A 19h45, je confie Gabrielle aux babysitters, c’est la première à se coucher !

 

LA SOIRÉE

Au début du dîner, je regarde régulièrement mon portable pour vérifier que tout se passe bien. Coups d’œil qui s’espacent de plus en plus, au fur et à mesure que les bouteilles se vident et que les chansons s’enchainent. On va quand même sur place une ou deux fois avec le papa pour faire le point avec les babysitters. Pour retrouver la salle c’est facile, il suffit de suivre les cris des enfants (les « grands » sont gardés à côté), dont le niveau de décibels ferait presque de l’ombre à notre soirée. Gabrielle, elle, dort, imperturbable.

A 1h15, on tombe sur une babysitter qui nous cherche partout. « Euh là, il faut aller chercher votre fille… »

« Ah bon, il y a un problème ? »

« Ben non, mais nous on a fini notre soirée. »

« Me dites pas que c’est la dernière »

« …. »

Et effectivement, son petit lit parapluie est tout seul au milieu de la grande salle vide. Petite pointe de culpabilité (qui ressemble, j’imagine, à celle que peuvent ressentir les parents qui vont régulièrement chercher leur enfant en dernier à la crèche). On la transporte tout doucement, elle se réveille et sourit à tout le monde sur le chemin (quelle mondaine !). On la dépose dans notre chambre. Elle se rendort. Et nous… ben on retourne danser !

On retrouve des gens de la soirée qui nous demandent où on était. Quand on dit qu’on est allés coucher notre fille, ils nous regardent avec des gros yeux « mais vous avez un bébé de 6 mois, vous ?? Ben dis-donc ça se voit pas !!!! »…

Je l’ai pris comme un compliment ! (j’sais pas si j’aurais dû !)

 

LE BRUNCH DU LENDEMAIN

Après une grasse mat’ tout à fait raisonnable (notre fille s’est réveillée à 9h30 !! Quand je vous dis qu’elle est parfaite…), et pour la première fois de l’histoire des mariages, nous sommes arrivés les premiers sur le lieu du brunch ! Les PRE-MIERS ! Foisonnement de viennoiseries, charcuteries, fruits et fromages … Ca ressemble donc à ça un brunch quand on n’arrive pas avec 2h de retard ???

 

LE DIMANCHE SOIR

Inexistant. On s’est endormis, il faisait encore jour. On n’a plus 20 ans, hein ….

En conclusion : merci merci merci merci aux mariés pour avoir eu l’extrême gentillesse de prévoir des babysitters pour tous les parents ! On a pu bien en profiter tout en passant de chouettes moments avec notre choupette !

 

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Dans le grand bain !

32985039_s

Première baignade de Gabrielle à la piscine : on débarque avec le mini maillot de bain à froufrous offert par belle-maman, le bob (même pas en éponge), les lunettes de soleil -trop grandes évidemment, les espadrilles rapportées du sud par le tonton, la crème solaire 50, le brumisateur, le biberon d’eau, la serviette XXL pour faire 3 tours si besoin… bref, on est parés ET organisés ! Qu’il est loin de temps de « le dernier dans la piscine a un gage ! »

On prépare la demoiselle, et là, affreux doute : « mais au fait, les couches, ça va pas dans l’eau ?! »

La pote chez qui on est nous rassure : « pas besoin de couche, mettez-la toute nue votre fille. »

« T’es sure ? »

« Mais oui, et puis au pire, on a une épuisette, mes filles seront ravies d’aller à la « pêche au caca » ».

Bien, bien, bien.

Voilà donc Gabrielle en costume de bain*, prête à faire le grand saut (mais elle ne le sait pas encore). Le papa va chercher l’appareil pour immortaliser le moment. Je prends ma fille huileuse dans les bras, et mets le premier pied dans la piscine, la vache, c’est froid (l’eau est à 25°, dois-je préciser avant de passer pour une mère indigne) ! Je ne laisse rien paraître et continue à sourire, un peu plus crispée. Je vais jusqu’aux genoux (les miens) et fait tremper ses petits pieds. Tout le monde a l’œil braqué sur ma naïade, il va falloir que je me montre courageuse. Pas de réaction. Je descends jusqu’aux genoux (les siens). Le souffle est un peu court (le mien), la respiration s’accélère (la sienne), allez on va jusqu’au ventre. Ça s’agite drôlement, mais sans larmes ni cris, ma fille est une guerrière (comme sa mère !) !

J’aurais bien tenté le torse mais, malgré de nombreuses contorsions, je n’arrive pas à la plonger plus dans l’eau sans me mouiller davantage. Je dis à qui veut entendre qu’elle commence à en avoir marre (moi j’aurais pu rester des heures évidemment) et la sors de l’eau : « Allez, ma jolie Gaby, tu as été bien courageuse, on va faire un gros câlin » (pour réchauffer maman).

Mais avant on va mettre une couche, hein !

Conclusion : première baignade mitigée : il n’y a pas eu de hurlements mais on ne peut pas dire que ce fut une partie de plaisir pour elle… Pas sure qu’elle soit prête à affronter les 17° de l’Atlantique cet été. Et plus étonnant, c’est lors du bain du soir qu’elle s’est mise à hurler avec une apparente peur de l’eau.

Allez, papa, on va faire un petit tour du côté des bébés nageurs ?

 *Certes c’est une expression qui date des années 1900’s, certes on ne l’emploie plus depuis 1945 et les derniers à en avoir porté sont les personnages de la pub Kodak. Certes. Mais c’est so chic !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

On n’a pas gagné à l’Euromillions mais ..

…. ON A EU UNE PLACE EN CRÈCHE !

33254660_s

Et parce que c’est le parcours du combattant pour beaucoup d’entre nous, voici quelques astuces (sans assurance de résultat malheureusement)

1/ ANTICIPER

Sachez qu’à Paris, vous pouvez vous pré-inscrire à la mairie dès le 6ème mois de grossesse et vous présenter à la crèche de votre quartier avant même la naissance de bébé.
Si vous voulez en savoir plus sur le RDV à la crèche, lisez cet article !

2/ FAIRE DE L’INCEPTION …

Et donner des nouvelles régulièrement à la crèche à laquelle vous êtes affecté(s) : envoi du faire-part, photo de chaque « moisiversaire » (Gabrielle à 1 mois, Gabrielle à 2 mois, Gabrielle à 3 mois…), confirmation de notre intérêt et de notre motivation, on y est allés à fond … mais ATTENTION, A MANIER AVEC MODERATION, au risque de passer pour des parents harceleurs ou un chouia monomaniaques !

3/ AVOIR UN GROS COUP DE STRESS

Début juin, lors d’un brunch familial (jusqu’ici) fort sympathique, mon frère et ma belle-sœur (accessoirement ceux avec qui nous partageons notre nounou) nous annoncent d’un air contrit … qu’ils ont eu une place en crèche pour septembre. On essaie de la jouer cools et détendus (après tout, nous sommes en famille), en mode « génial, trop contents pour vous, j’adore ce que vous faites » mais le regard qu’on échange avec le papa ne trompe personne. La question des modes de garde à Paris éveillant les instincts les plus vils, nous pensons tout bas : « MAIS POURQUOI EUX ET PAS NOUS ???!!!! POURQUOIIIIIII ???!!! »

Débrief de la situation le soir-même avec le papa, qui dégénère vite en :

– « Mais pourquoi tu t’es pas occupée des crèches associatives aussi ? »

– « Oh, ça va, t’avais qu’à t’en occuper toi, moi je te rappelle que j’envoie un mail par mois à la crèche à laquelle on est affectés »

– « Et sinon, la mairie, t’as appelé la mairie ? ».

– « Merde, j’ai zappé la mairie … »

4- NE PAS ZAPPER LA MAIRIE

On s’endort la boule au ventre avec l’impression d’avoir raté un examen.

5- TENTER LE TOUT POUR LE TOUT

Lundi, après 15 coups de fils infructueux, j’arrive enfin à parler à l’assistante de l’élue de notre arrondissement qui s’occupe de la petite enfance. Je dégaine mes arguments d’une voix pleine de trémolos (on est très motivés depuis le début, notre co-famille a eu une place en crèche, notre nounou a une autre opportunité pour la rentrée, notre fille est sympa, drôle, intelligente et teeeeellement sociable …) et, au bout de 20 minutes d’argumentation, arrive enfin à décrocher un RDV. C’est en plein milieu de mes vacances mais qu’importe, je ferai l’aller-retour.

L’espoir revient.

6- AVOIR DE LA CHANCE

Coup de fil vendredi soir : « Bonjour, nous devions nous rencontrer fin juin mais sachez que ce ne sera pas nécessaire, une commission a eu lieu cette semaine, on a pu vous attribuer une place »

Et avoir l’impression d’avoir gagné à l’Euromillions (les emmerdes de succession en moins) !

Je ne le dis pas souvent mais … MERCI PARIIIIIIIS !!!!!

Et à toutes celles qui galèrent, TENEZ BON !!!!

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Là, le papa est un peu jaloux de sa fille !

dreamstime_xs_40312039

Il paraît que la jalousie est un vilain défaut … mais être jaloux d’un bébé de 5 mois, c’est moche, non ? Si, si, c’est moche. Et bien pourtant ….

Top des raisons qui font que, parfois, le papa envie un peu sa fille !

  • Parce qu’en rentrant du boulot, je me jette sur ma fille et APRÈS sur lui (quand je me jette sur lui …)
  • Parce que je ne me suis jamais levée pour lui à 2h du matin. Ni à 3h, 4h, 5h, 6h..
  • Parce que je ne lui fais pas de massage des pieds tous les soirs
  • Parce que je ne lui en fais pas du tout en fait
  • Parce que je ne lui fête pas ses « moisiversaires »
  • Parce que je ne l’applaudis pas à chaque rot (enfin, bien sûr dans un monde très hypothétique où monsieur roterait)
  • Parce que je suis BEAUCOUP MOINS patiente avec lui
  • Parce que je ne suis pas surexcitée quand il mange des courgettes. Ni même des haricots
  • Parce que je n’ai pas 254 photos de lui sur mon Iphone
  • Parce que je ne fais pas flamber ma carte bleue pour lui acheter une nouvelle garde-robe tous les 15 jours
  • Parce que je ne passe pas des heures à le regarder dormir (qui a dit que c’était flippant ?)
  • Parce que je ne lui ai jamais fait à manger
  • Parce que je ne lui serine pas toute la journée que c’est « le plus beau, le plus intelligent, le plus adorable, le plus gentil » du monde
  • Parce que je ne prends pas de bain avec lui
  • Parce que je ne le borde pas tous les soirs
  • Parce que je ne le filme pas à chaque fois qu’il sourit / rit / mange / joue / dort
  • Parce que je ne trouve pas qu’il a « une sacrée personnalité » quand il fait la gueule
  • Parce que je ne suis pas « trop fière de lui » quand il prend 1 taille et qu’il ne rentre plus dans son pyjama
  • Parce que je ne reste pas à son chevet quand il a de la fièvre (mais lui dis, en soupirant, de prendre un doliprane)
  • Parce que je ne rentre pas de soirée quand il est fatigué (mais m’éclipse dès que ma fille émet le moindre signe de fatigue)
  • Parce que je n’accours pas dès qu’il me réclame

Mais rassure-toi chéri, il y a PLEIN de raisons pour lesquelles tu n’as pas à être jaloux. Si si, je t’assure. Réfléchis-bien. Un indice ? Ça a un rapport avec les couches …

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

La première cuillerée de courgettes …

16911801_s

Lors du RDV des 4 mois avec le pédiatre, on a eu notre « passe » pour commencer la DI-VER-SI-FI-CA-TION avec Gabychou début mai. L’impression d’avoir réussi un premier examen et de passer dans la cour des grands.

S’en est suivi 2 longues semaines de réflexion à se poser des questions (vraiment) existentielles : quel légume choisir en premier ? On va dans le camp des pro « purées maisons » ou des pro « petits pots » ? (on a choisi pour l’instant le camp des purées maison parce qu’on avait trop envie d’un babycook– voir l’article ici) Peut-on faire des purées avec haricots surgelés et les recongeler ensuite (d’ailleurs, la réponse m’intéresse toujours …) ? Et des heures à éplucher sites, blogs et forums.

ET ENFIN, LE D-DAY EST ARRIVE –

Attention, ne me jugez pas sur les prochaines lignes qui vont suivre : ça fait déjà mal aux fesses de parler de diversification (et d’aimer ça).

Le matin du D-Day, renommé the Courgettes-Day (on avait finalement opté pour la courgette parce que la courgette, c’est chouette), the C-Day du coup, je me suis réveillée surexcitée et suis allée chercher ma fille en chantonnant. « Et c’est qui la grande fille qui va manger des courgettes tout à l’heure ?  C’est Gabychouuuu » (je vous avais prévenu .. merci de ne pas me juger !). J’étais à 2 doigts de lui faire goûter avec le premier biberon, mais le regard noir du papa qui buvait tranquillement son café m’en a vite dissuadée. Du coup, j’ai décidé d’aller faire les courses pour choisir moi-même les courgettes que ma fille-qui-grandit-tellement-vite allait ingurgiter. Si j’avais pu, je serais aller les cueillir moi-même (moi qui me nourris exclusivement de pâtes chinoises quand le papa n’est pas là pour cuisiner).

A 12h pétantes, je commençais à donner le biberon pendant que le papa gérait la purée de courgettes (finalement, je m’étais désintéressée assez vite du trip « purée maison »)

A 12h10, je demandais « c’est bon ? c’est bientôt prêt car moi j’ai fini le biberon dans 15 minutes ?! ». A 12h15 «  c’est cuit là ou pas ? tu mixes bientôt ? » A 12h23 « J’attaque le rot chéri, il va falloir enchaîner là ! » A 12h25 «ça yyyyyyyy est ! on est prêtes !!! »

Le papa est finalement arrivé triomphant avec son mini-bol de courgettes et sa cuillère en plastique, qu’il a brandit fièrement vers moi le temps d’aller chercher son appareil-photo. Et son trépied. Car on a filmé la scène, oui. (si vous insistez, on pourra vous le montrer à l’occasion…).

Après les réglages de base, j’ai pris ma fille sur les genoux, me suis tournée vers la caméra, ai fait mon plus beau sourire le « genre-je-vois-pas-la-caméra-ah-bon-y-a-une-caméra », ai rempli la cuillière de courgettes et l’ai mise délicatement dans la bouche de ma fille qui …..

…. N’A ABSOLUMENT PAS REAGI !!!!! Ni mouvement de recul accompagné d’une tête dégoûtée, ni sourire de satisfaction et léchage de babine. Cette enfant n’a pas esquissé la moindre réaction, de plaisir ou de mécontentement. RIEN !!!! Elle s’est contentée de faire des bulles vertes avec sa purée. Impossible de savoir si ça lui plaisait ou pas. A se demander si elle a un palais ….

ET NOUS ? Et ben nous, on était les parents les plus fiers du monde !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Le « it » de la jeune mère !

Toutes mes copines l’ont. Dans des formes et des couleurs différentes mais la marque reste la même. Elles ne parlent que de ça, comparent leurs modèles. Elles ne s’en séparent plus, c’est devenu leur « it » du moment.

Je ne voulais pas me laisser influencer et faire comme tout le monde. C’était mon acte de rébellion au consumérisme, aux diktats de la mode. Mais au fond de moi, je savais déjà que je craquerais un jour. J’ai résisté autant que j’ai pu, ai repoussé mes limites jusqu’au dernier moment, au moment où il était impensable de ne pas l’avoir. Alors j’ai craqué.

POUR LE BABYCOOK !!!!

babycook

Et je suis passée de l’autre côté …..

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Techniques en tout genre pour faire dormir bébé …

31907901_m

Comme ma fille est réglée comme une horloge suisse et fait ses nuits depuis déjà presque 2 mois, j’avais tendance à oublier les premières semaines galères…

Jusqu’à ce que je retombe par hasard sur un texto du papa datant de fin décembre « La nuit a été un peu compliquée. On l’a eue dans les bras de 22h à 2h du matin. Finalement Claire est allée se coucher. Je l’ai gardée avec moi dans le canapé de 2h à 7h du matin. Et suis allé me coucher à 7h…… Et toi ça va ? » (le bougre reste poli même dans l’adversité !)

Et là, tout me revient : les nuits à arpenter les couloirs sans pouvoir s’assoir sous peine de cris stridents, les craquages au-dessus de son berceau « mais pourquoi tu dors pas » ?, les réveils à 4h du matin pour un biberon sur lequel elle s’endormait profondément mais dès qu’on essayait de la recoucher, elle se mettait à hurler, les berceuses, chansons déclamées dans le dernier souffle d’énergie qu’il nous restait… Et surtout je me suis souvenue des heures passées sur internet à lire tous les articles « techniques pour faire dormir bébé » « comment faire dormir bébé » « astuces bébé dodo » « PUTAIN, BÉBÉ DORT PAS, JE FAIS QUOI ??? » … etc

Petit retour donc sur tous les « trucs » pour faire dormir bébé, glanés au détour d’un blog ou d’un forum , entre 2h et 5h du matin.

L’emmaillotage

  • Kesako ? Technique qui revient à la mode et qui consiste à envelopper le bébé, bras et jambes le long du corps dans une couverture, lange … ca permet de 1/éviter qu’il se réveille suite à un mouvement brusque 2/le rassurer en le calant bien pour qu’il ne ressente plus le vide autour. Attention technique controversée …
  • Le test : On l’a fait seulement pour les siestes où l’on était à côté (risque sinon que la couverture, mal serrée ne se détache et recouvre le visage). Et puis, entre nous, j’ai jamais réussi à bien l’emmailloter. Alors qu’à la maternité ma fille ressemblait à un petit Jésus de la crèche, avec moi on aurait dit un gros saucisson boudiné !
  • Taux de réussite : 50% : pouvait marcher si Gabychou était calme mais sinon en 2 mouvements, elle avait défait sa couverture – A essayer peut-être : la couverture miracle !

 Les bruits blancs / roses

  • Kesako ?  Bruits de sèche cheveux, aspirateurs ou machine à laver (AVERTISSEMENT : ne pas mettre l’enfant DANS la machine à laver) calmeraient bébé en lui rappelant les bruits qu’il entendait dans le ventre (euh nos gargouillements ??… pour ne pas dire autre chose !!)
  • Le test : On a téléchargé toutes les compilations qu’on a pu trouver sur youtube et dailymotion et on a laissé l’Iphone près de son berceau (en se disant qu’on s’attaquerait au problème des ondes électromagnétiques, une fois qu’on aurait résolu le problème de dodo !). Variante : le doudou avec bruits blanc
  • Taux de réussite :  15%… aurait pu marcher … si le téléphone n’avait pas sonné en plein milieu !
  • Variante (non testée) : le doudou MyHummy avec bruits blancs intégrés – à trouver ici

La méthode du 5/10/15

  • Kesako ?  Laisser pleurer bébé 5 minutes puis aller le voir pour le rassurer mais sans le prendre et SORTIR de la chambre, puis le laisser pleurer 10 minutes et y retourner puis 15 minutes…
  • Le test : Euh, 1 fois. Mais même 5 minutes, c’est long. Au bout de 45 secondes, j’étais mal à l’aise, 1′ 20 je trépignais dans mon lit, 2’10 je regardais le réveil en clignant des yeux pour essayer de faire avancer les secondes plus vite , 3’30 je suppliais le papa de m’y laisser aller, 4’12, j’étais devant sa porte aussi impatiente qu’un matin de Noël , 4’59, je bondissais dans la chambre, prenais ma fille dans mes bras et lui promettais de ne jamais recommencer.
  • Taux de réussite :  0% – Qui a dit que j’étais faible ?

La berceuse (de Bénabar)

  • Kesako ? Cette chanson
  • Le test : A écouter sans modération
  • Taux de réussite : 0% pour faire dormir bébé mais 100% pour détendre les parents

Homéopathie et probiotiques

  • Kesako ? Calmosine : un mélange homéopathique de plantes, avec de la fleur d’oranger pour calmer le bébé, et du fenouil pour permettre la réabsorption des gaz. BioGaia : d’origine naturelle, ces gouttes renforcent et rééquilibrent les bonnes bactéries afin de soulager les coliques, diarrhées et constipations du nourrissons
  • Le test : Apparemment la solution miracle pour prévenir des « pleurs du soir » ou « coliques du nourisson ». Je ne sais pas si Gabrielle avait ces fameuses coliques. Mais le fait est qu’elle pleurait. Et que c’était, en partie, le soir. Alors foutu pour foutu, j’ai eu envie d’essayer. Je suis donc allée à la pharmacie et ai prononcé la formule magique « calmosine » et « BioGaia« . A l’air entendu de la pharmacienne, j’ai compris que je n’étais pas la seule mère (cernée) à tenter l’expérience.
  • Taux de réussite :  100% ….. les 2 premiers jours. Et puis, plus rien. Il fallait trouver une autre astuce !

Le portage

  • Kesako ?  Consiste à porter votre enfant contre vous, en le transportant à l’aide d’un porte-bébé ou écharpe de portage. En plus il paraitrait que le portage et la proximité physique seraient bénéfiques et nécessaires au bien-être du bébé, tant dans son développement physique et moteur, que dans son développement psychologique et social… What else ? Cliquez ici pour en savoir plus sur les bienfaits pour la mère et l’enfant
  • Le test : Dès que bébé pleure et que j’ai besoin de faire quelque chose de mes mains, pif paf pouf, je noue mon écharpe (bon en fait ça n’a pas été aussi simple que ça au début, et j’avoue avoir regardé pas mal de tutos mais promis le coup de main s’attrape très vite et maintenant c’est « pif paf pouf ») !!), pif paf pouf, je la colle dedans, pif paf pouf, je fais 3 pas et lui murmure 2-3 mots rassurants, pif paf pouf, la miss s’endort de manière presque immédiate.
  • Taux de réussite :  100%. C’est IM-PA-RABLE. Reste le problème du « COMMENT LA REMETTRE DANS SON LIT APRÈS » ??? Pour cela voir le point suivant (Le « faxage »)

Le « faxage »

  • Kesako ? Si bébé s’endort dans vos bras, aller le reposer tout en douceur dans son berceau en priant pour qu’il ne se réveille pas
  • Le test : Attention, voici les étapes à suivre : 1/ déposer l’enfant dans son berceau au ralenti (2 minutes) 2/ dégager le bras droit de derrière son dos (7 minutes) 3/ dégager la main gauche de sous sa nuque (4 minutes) 4/ remettre ses mains sur son front et son ventre pour la rassurer (3 minutes), 5/ enlever ses mains en les faisant glisser le long de son corps (5 minutes) 6/ sortir en marche arrière en évitant les lattes qui craquent (3 minutes), soit 25 minutes penché en avant le tout SANS respirer
  • Taux de réussite :  80%. Fonctionne jusqu’à que je fasse ma « danse de l’indien » pour fêter le faxage réussi … et que je la réveille !

Le bain

  • Kesako ?  Euh ben, un bain quoi !!!
  • Le test : Apparemment le bain pourrait détendre et ENDORMIR bébé (c’est pour ça qu’il faut souvent l’éviter juste avant la tété). Testé avec Numérobis un soir où elle était spécialement énervée. Résultat : elle a pleuré AVANT, PENDANT et APRÈS le bain… Niveau détente, on repassera !
  • Taux de réussite : 10% … (j’ai quand même mis 10% car certes elle ne dormait pas… mais un bébé qui pleure ET qui sent bon, c’est toujours mieux qu’un bébé qui pleure et qui PUE, non ?)

Ne rien faire

  • Kesako ?  Suivre le rythme de bébé, s’adapter à ses heures de veille et de sommeil, se réjouir des petites victoires (euh elle n’a pleuré que 2 heures ce soir) et être patient. Trèèèèèèèèèès patient.
  • Le test : Un jour, sans qu’on sache pourquoi elle ne pleure plus quand on la couche et se réveille à 7h du matin
  • Taux de réussite : 100% … mais j’y suis pour rien !

Alors à tous les jeunes / futurs parents, couraaaage ! Et, tous les enfants étant différents, peut-être qu’une de ces techniques marchera … Et sinon, ne vous inquiétez pas : ON OUBLIE VITE !

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer