Toutes les mauvaises raisons de faire un bébé

  • Parce qu’on en a marre de bosser
  • Pour pouvoir le déguiser (et se moquer-un peu-de lui)
  • Pour la prime de naissance
  • Pour jouer à la poupée / à la voiture
  • Pour avoir une bonne excuse pour « sécher » les soirées et enfin se mater la saison 4 de Game of thrones
  • Pour se faire une cure détox, sans alcool ni tabac pendant 9 mois
  • Pour le congé maternité
  • Pour accrocher un panneau « Bébé à bord » sur la vitre arrière de sa voiture (voir image ci dessus)
  • Parce qu’on a perdu un pari
  • Parce que les bébés c’est trop mignon
  • Pour faire chier le père
  • A cause de l’horloge biologique
  • Pour assurer sa retraite
  • Pour camoufler les 2kgs qu’on n’arrive pas à perdre depuis l’hiver dernier
  • Pour s’acheter de nouvelles fringues
  • Pour avoir plein de cadeaux de naissance
  • Parce que les gens sont plus sympas quand on est enceinte ou qu’on a une poussette
  • Pour faire comme ses copines
  • Parce qu’on s’ennuie
  • Pour régler ses problèmes de couple
  • Pour avoir une place assise dans le métro
  • Parce que c’est le nouvel accessoire fashion 2015
  • Pour les impôts
  • Parce qu’un bébé, ça sent trop bon
  • Pour pouvoir dévaliser Petit Pan
  • Pour emmerder son boss
  • Parce que le pédiatre du quartier est mignon
  • Pour garder son mec
  • Parce que même Kate Middleton, Scarlett Johansonn et Natalie Portman l’ont fait
  • Parce qu’on a une chambre en trop
  • Parce qu’on n’avait plus de capotes
  • Parce que, de toute façon, on est insomniaque
  • Pour faire plaisir à ses parents
  • Parce qu’on a une grande voiture
  • Parce qu’on était bourrée
  • Parce qu’on est au chômage
  • Parce qu’on a plein d’idées de prénoms
  • Parce c’était marqué dans son horoscope
  • Pour pouvoir aller aux caisses prioritaires dans les magasins
  • Parce qu’il y a des super soldes sur les poussettes
  • Pour un jour être grand-parent
  • Parce qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise raison

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Ce qui change avec la grossesse

????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Les transports

AVANT : je me déplaçais exclusivement en métro et bus, aux heures de pointe évidemment, ce qui avait tendance à transformer chaque trajet en foire d’empoigne. Parfois, sur un malentendu, je me retrouvais sur un vélib mais il fallait que je sois super motivée (ou sacrément saoule)

MAINTENANT : je peux prendre les transports en commun n’importe quand  parce que je sais que j’aurai une place assise (après vérification, les femmes enceintes sont en 5eme position en termes de priorités après les « mutilés de guerre ou mutilés militaires, les aveugles civils, les invalides du travail, les infirmes civils avec station debout pénible. Et je ne suis jamais trouvée en concurrence avec eux ! Quant aux personnes âgées de 75 ans et plus, elles arrivent en 9ème position ! Et pan !). Et dès que possible, j’opte pour l’autolib (avec chéri comme chauffeur étant donné que je n’ai pas le permis), le taxi ou … Uber (le problème c’est que j’ai souvent fini tous les bonbons avant même qu’il n’ait démarré)

ET APRÈS ? Et bien apparemment, et pendant un certain temps, les gens continuent à vous proposer une place assise, pensant que vous êtes TOUJOURS enceinte. Un conseil : ne vous vexez pas et acceptez-la dignement. C’est toujours ça de gagné !

L’habillage

AVANT : j’avais besoin de 14 minutes montre en main pour me préparer le matin (douche et maquillage compris). J’arrivais à enfiler mes chaussettes tout en finissant ma tartine et en me brossant les cheveux* (ce qui explique sûrement pourquoi je retrouvais toujours à manger dans ma tignasse)

MAINTENANT : je mets 14 minutes à choisir ce que je vais mettre, alors que je n’ai que 2 jeans de grossesse, je dois me tortiller dans tous les sens pour réussir à enfiler une jambe. Je reprends un peu de dignité lorsque je passe le haut (et que je reperds aussitôt quand je me retrouve la tête dans les trous de mon T-shirt d’allaitement.). Pour les chaussures, je suis à deux doigts de m’acheter des Uggs, et je pleure une fois sur 2 en essayant de mettre mes chaussettes. Résultat ? Je renonce régulièrement à m’habiller et suis une grande fervente des 24h en pyjama ! (en faisant croire que c’est un gros challenge alors que c’est presque mon quotidien !)

ET APRÈS ? Mon objectif : réussir à prendre une douche avant 17h et que mon mec, en rentrant du boulot me trouve habillée (quitte à tricher un peu et enfiler mon jean et mon pull par-dessus mon pilou-pilou en cas de débordement passager)

Les repas

AVANT : c’était très varié (selon la présence ou non de mon mec). Et donc véritable festin (quand il était là) ou pâtes chinoises directement dans le plastique (quand j’étais en « célib »)

MAINTENANT : Si on suit les recommandations alimentaires des femmes enceintes, il faudrait … manger des légumes et des fruits pour les vitamines (mais éviter les crudités au resto), privilégier les protéines animales (mais s’assurer que la viande est bien cuite et bannir les poissons des rivières), consommer du calcium à gogo (mais pas de fromages au lait cru …), boire 1,5 litres d’eau (avec bébé qui appuie sur la vessie c’est super) et compenser les éventuelles carences en vitamines B9, magnésium, acide folique, fer, oméga 3, iode … grâce à des compléments alimentaires … Bref, l’impression de devoir faire Centrale pour se concocter un menu qui réponde à tous ces critères. Et ce, 3 (voire 5 ou 6) fois par jour !

Et évidemment, pas mal d’aliments interdits (à cause de la toxoplasmose ou de la listériose). Pour les reconnaitre, c’est facile, c’est tous les aliments qui sont bons et dont vous avez envie ! (saucissons, charcuterie, fromages qui puent, huitres, fruits de mer, sushis et bien sûr alcool !!)

En tout cas à la fin de la journée, mon mec réussit toujours à deviner ce que j’ai mangé à midi car tous mes pulls sont tâchés au dessus du ventre. (mais comment je faisais avant pour ne pas rater ma bouche ?)

ET APRÈS ? Qui a pris une carte de fidélité chez PICARD ???

La douche

AVANT : ben je prenais ma douche, quoi !

MAINTENANT : j’ai l’impression d’être dans  Koh Lanta quand j’essaie de me hisser dans la baignoire puis d’en ressortir. A partir du milieu de mon ventre, je me lave en aveugle et peux passer plusieurs minutes à chercher mon nombril. Pour atteindre mes orteils de pieds, je requiers concentration et équilibre (j’ai enfin compris à quoi me servent VRAIMENT mes cours de yoga prénatal)

ET APRÈS ? Comme pour la session « habillage », apparemment je m’estimerais heureuse si j’arrive à en prendre une avant 17h… Comme quoi, il n’y a pas de petits challenges ….

Les nuits

AVANT : j’allais me coucher quand j’étais fatiguée ou après avoir passé une bonne soirée (parfois même après minuit, wouh wouh), je dormais 8h la semaine et 12h le WE et étais de mauvais poil si je n’avais pas mes 64h de sommeil hebdomadaires.

MAINTENANT : je suis épuisée à 19h mais n’arrive pas à m’endormir avant 2h du mat’, je mets 45 minutes à trouver une bonne position et quand c’est fait je dois me relever pour aller aux toilettes. Babychou, que j’aime déjà d’amour, se lâche sur mes côtes en pensant que c’est par là qu’il va falloir sortir et un 3ème personnage s’est glissé entre nos draps mettant une distance certaine entre chéri et moi : mon coussin d’allaitement ! Résultat : je passe une bonne partie de la nuit à me tortiller, et à faire des allers-retours entre la chambre, le salon, les toilettes …. et la cuisine (c’est pô de ma faute, c’est sur le chemin !)

ET APRÈS ? JE NE VEUX PAS SAVOIIIIIIIIIIIIIR !!!!!

Les gens

AVANT : ben, j’habite à Paris. Donc les gens sont « les parisiens ». Voilà.

MAINTENANT : Regards bienveillants, gestes prévenants, intérêt non feint, les gens sont souvent plein d’égards envers moi et ma petite personne ! Tout devient facile : prendre le métro en heure de pointe ? On aura une place, quitte à faire déplacer 5 personnes. Aller faire ses courses à la FNAC un samedi de décembre ? A nous les caisses prioritaires ! Aller acheter le pain, passer au pressing, se faire un resto : j’ai toujours droit à une petite phrase sympa et une attention spéciale.

Bon il y a aussi les inconnus qui te touchent le ventre, mais on va dire que ça fait partie des risques du métier !

ET APRÈS ? Retombée dans l’anonymat le plus total. Une petite chance d’attirer les veilles avec babychou dans les bras au parc d’enfants mais mon public va largement se restreindre !

*Mes proches savent que je mens ici étant donné que je ne me brosse jamais les cheveux ! Et oui c’était un piège.

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

 

J’ai craqué pour … le T-shirt estampillé « femme enceinte »

Je lorgnais dessus depuis quelque temps et j’ai fini par craquer. (pour un montant de 14,90€ chez H&M, j’ai connu pire craquage)

  • Alors je l’ai mis, et mes copines se sont foutues de ma gueule « oh non Claire, pas le t-Shirt à message de grossesse ! Pas toi !!!! « 
  • Alors je l’ai gardé pour mon cours de yoga prénatal. Mais on était 3 à le porter.
  • Alors, je l’ai gardé pour dormir mais personne ne pouvait le voir.
  • Alors, je l’ai gardé pour le blog ….

Enceinte

et regardez comme je suis contente ! 🙂

Enceinte

ps : n’est-ce pas cocasse comme message « la vie devant moi alors qu’elle sera bientôt derrière moi ?… mouarf mouarf mouarf

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

J’ai testé pour vous 24h en pyjama pendant mon congé maternité

Diapositive1

L’échéance de la « délivrance » (quel terme magnifique …) s’approchant à grand pas, je me suis dit que j’allais m’offrir un vrai luxe : mieux qu’une journée au SPA ou un massage intégral prénatal, je me suis offert …. une journée complète en PYJAMA !!!!

Comme Hunter S Johnson*, je me suis préparée aussi bien matériellement (remplissage du frigo, réserve de gâteaux et de chocolats, lavage de pyjama et de chaussettes en laine taille 42 rapportées du Népal – vous ai-je déjà dit que j’avais fait un tour du monde ?), que physiquement (insomnies les nuits précédentes pour être à ramasser à la petite cuillère le jour J) et mentalement (coaching devant la glace : « Vas-y Claire t’es la meilleure », après la lecture de Atteindre ses objectifs, yes you can !)

Retour sur cette journée délicieusement régressive. Immersion pendant 24 heures dans la vie d’une fille en congé mat’.

  • 354 : les minutes passées devant la télé (replays de Une maman formidable, Baby boom et Super nanny DANS LA MÊME JOURNÉE ..Oui ça pique un peu les yeux.)
  • 45 : les secondes de honte quand on se rend compte que TF1 et D8 sont devenues nos chaines préférées (mais pas trop le temps de s’appesantir, y a Une maman formidable qui va commencer)
  • 5 : les fenêtres de calendrier de l’avent ouvertes pour fêter l’occasion (si ça se trouve j’ai déjà dépassé la date de mon accouchement … c’est ballot !)
  • 346 : les pages lues de mon bouquin-qu’il-est-bien-quand-on-est-en-congé-mat
  • 14 : les tâches faites sur mon pyjama lors de mes 6 repas quotidiens (il parait qu’il faut FRA-CTIO-NNER)
  • 32 : les sauts de cabri exécutés en regardant la pluie tomber dehors, alors que j’étais au chaud en pilou pilou sous un plaid (et Dieu sait que c’est pas facile de faire des sauts de cabri sous un plaid !)
  • 32 : les mails / textos / coups de fil passés à mes potes parce que j’étais au chaud en pilou pilou sous un plaid alors qu’il pleuvait dehors
  • 31 : les mails / textos / coups de fil d’insulte reçus par mes potes parce que j’étais au chaud en pilou pilou sous un plaid alors qu’il pleuvait dehors (celui qui n’a pas répondu ne captait pas)
  • 0 : le nombre de fois où j’ai culpabilisé de ne rien faire (c’est le gros avantage du congé mat par rapport au chômage)
  • 1 : la valise préparée pour la maternité (celle de BB seulement car moi je ne me voyais pas aller acheter mes slips jetables en pyjama. J’ai ma fierté tout de même)
  • 5 : les tentatives (infructueuses donc) pour me mettre du vernis sur les ongles de pied
  • 3 : les kilos pris en 24h d’inactivité complète
  • 235 : euros. Les sous dépensés sur Amazon, Bébé Concept et Maisons du Monde
  • 22 : minutes. Le temps qu’il m’a fallu pour dépenser mes sous sur Amazon, Bébé Concept et Maisons du Monde

Bon j’avoue j’ai triché ….

  • 6 : minutes. Le temps passé habillée (avec un jean enfilé à la hâte) quand le livreur a sonné pour me déposer un paquet

Il est 12h36. je suis en train de dépasser mes objectifs les plus fous  : CELA FAIT DÉJÀ 36H QUE JE SUIS EN PYJAMA et à 2 doigts de tenter les 48h !!! (mais je risque de finir mère célibataire avant même mon accouchement.).

Alors, Hunter, je fais partie du clan ?

*Hunter S. Thompson : écrivain et journaliste qui a popularisé le principe de « journalisme gonzo », enquête journalistique axée sur l’ultra-subjectivité, faite de récits à la première personne, de rencontres, et de prise de drogues de gavage de chocolat. Il le résumé ainsi : « Le reportage gonzo allie la plume d’un maître-reporter, le talent d’un photographe de renom et les couilles en bronze d’un acteur. » A ressortir à vos prochains dîners mondains, donc.

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Enceintes et plus sensibles, nous ?

On dit souvent que les femmes enceintes sont particulièrement sensibles aux petits tracas du quotidien.. Ainsi, « émotivité, crises de larmes, sautes d’humeur, hypersensibilité, colère, irritabilité, et susceptibilité* » (*liste non exhaustive, d’après certains sites médicaux, c’est charmant) feraient, soit-disant, partie de leur quotidien. La faute aux hormones parait-il.

Je ne vous laisserai pas dire cela. Nous, femmes enceintes, ne sommes pas toutes hyperémotives et soumises au diktat des hormones. Nous ne sommes pas ces hystériques qui passent du rire aux larmes en moins de temps qu’il en faut pour finir un paquet de cookies. Pour preuve, cette semaine, je n’ai pleuré que 24 fois et toujours pour des raisons très valables :

  • Devant BabyBoom (le replay).
  • Devant 4 mariages pour une lune de miel … (en replay aussi oui je l’avoue. Marie-Cécile, tu es la seule qui peux me comprendre !)
  • Quand j’ai vu que l’ascenseur de mon immeuble était en panne lundi (j’habite au 4ème).
  • Quand j’ai vu que l’ascenseur était toujours en panne mardi.
  • Quand j’ai vu que l’ascenseur était toujours en panne mercredi.
  • Quand j’ai vu que l’ascenseur était toujours en panne jeudi.
  • Quand j’ai vu que l’ascenseur était toujours en panne vendredi.
  • Quand j’ai reçu la lettre du syndic samedi m’annonçant qu’il serait réparé la semaine suivante. Mais pas avant vendredi.
  • Devant BabyBoom (la bande-annonce).
  • Quand j’ai mis 45 minutes à faire mes lacets. Et qu’il me restait encore la chaussure droite.
  • Quand je me suis réveillée pour la 5ème fois dans la nuit pour aller aux toilettes ..
  • .. et que je me suis cogné le petit doigt de pied dans le coin de la table.
  • Quand j’ai voulu faire une quiche, et que, lorsque je suis arrivée à la caisse chez Monop, après 20 minutes de queue, je me suis rendue compte que j’avais oublié la pâte feuilletée. Et les œufs. Et les lardons.
  • Quand j’ai repeint l’armoire de Babychou. Et que j’ai dépassé.
  • En achetant bonnet et moufles de nouveau-né. Parce que c’est vraiment trop miiignon.
  • En finissant mon livre. (Tout est dans la tête, d’Alistair Campbell chez J’ai Lu – merci Florence pour le conseil de lecture)
  • Lorsque Philae s’est posé sur la comète Choury.
  • Devant BabyBoom (l’extrait de 30sec au zapping).
  • A chaque fois qu’on me dit quelque chose de gentil.
  • Quand j’ai dû demander à mon mec de me couper les ongles des pieds (ah non en fait c’est lui qui a pleuré).
  • Lors d’une crise de boulimie et qu’il n’y avait plus de gâteaux ni de M&M’s. Et que je ne pouvais pas aller en acheter car il était 3h du mat.
  • Quand je suis entrée dans mon bain. Et qu’il a débordé.
  • Quand j’ai voulu sortir de mon bain. Et que je n’ai pas pu m’en extraire toute seule.
  • En regardant une vidéo de chat.

Retrouvez maintenant motherblogger sur facebook !

Soyez averti de la mise en ligne de nouveaux articles en vous inscrivant à la newsletter ici !

Les 10 choses que je ferais différemment la prochaine fois

Évidemment, je suis la plus heureuse, évidemment je suis dans une période de félicité absolue en attendant petit bout… Je me rends bien compte de notre chance et attends son arrivée avec impatience.

Mais, la prochaine fois, il y a peut-être certaines choses, que je ferais … légèrement différemment

1-Demander le sexe à la première écho

On a voulu jouer. On a perdu

Et pourtant l’échographe nous avait prévenus : « A ce stade, il y a 30% d’erreur, le sexe du BB n’étant pas encore formé. Seule l’inclinaison du bourgeon génital donne une indication quant au sexe du bébé. Une indication donc. Vous voulez quand même savoir ? »

« Oui, oui, c’est juste pour avoir une idée. On connaît la marge d’erreur. Promis, on ne se projettera pas. »

Vous l ‘avez donc compris : à la deuxième écho, notre enfant a « changé de sexe ». Un choc (relatif certes mais petit choc quand même)… Comme promis, on ne s’était pas projetés : on avait juste trouvé le prénom, le surnom et acheté des fringues (de 0 à 18 ans.)

Résultat des courses : on a décidé de garder le sexe secret … au cas où ça change encore une fois !

2-Commander un virgin mojito

cocktail_119

Voir article « les annonces ratées »

 

3-Tomber enceinte en avril

Pourquoi c’est nul* ? Parce qu’avec avril vient le printemps et les premier apéros. Parce qu’il y a les ponts de mai et les WE potes, parce qu’il y a les vacances et barbecues. Les mariages et les fiançailles.

Au début et avant les 3 mois « de précaution », on doit faire semblant de boire alors qu’on est sollicités de toute part. Seule compensation : voir que notre mec ne tient pas les kirs cassis et bourrer la gueule de nos copines qui sont dans la confidence, en nous/les resservant à gogo.

Et une fois que c’est officiel et alors que tout le monde trinque au rosé et au champagne, on est encore en train d’hésiter entre un Coca (trop sucré) et une menthe à l’eau (trop régressive) et à surveiller la cuisson des chipolatas.

Et puis un bébé conçu en avril, ça fait :

un congé mat’ en novembre … trop bon de rester au chaud sous un plaid en mangeant des chouquettes mais gros risque de prise de poids non maitrisée !

un bébé né en décembre. Évidemment, ce sera le plus des cadeaux de Noël (pour nous) et des cadeaux en moins à prévoir pour les anniversaires. Mais, entre nous, c’est un peu naze d’avoir Noel et son anniversaire en même temps, non ? (à noter je prends les témoignages de tous ces courageux Sagittaire et Capricorne : comment le vivez-vous au quotidien ?).

Alors, j’ai bien réfléchi, mesdames, et j’ai la solution : il faut tomber enceinte en SEPTEMBRE.

A vous les apéros de l’été. Vous éviterez de vous faire griller les 3 premiers mois en prétextant une petite détox de rentrée, tout à fait légitime après tous vos excès. L’annonce en décembre au moment des fêtes ravira famille et amis. Et puis ça nous fait un joli BB de mai (et un congé mat’ au moment des premiers rayons de soleil !) et une reprise du boulot en septembre (si vous vous débrouilliez bien) et donc potentiellement une place en crèche !

Alors ? C’est pas le plan parfait ?

Maintenant il faut simplement viser juste.

*bien sûr, tout ceci est à prendre au 2eme degré, la grossesse est une chose merveiiiiiiilleuse, et tous les moments sont beaux, bla bla bla, et j’ai beaucoup de chance que ça arrive, quelle que soit la saison, bla bla bla,… »

Read more